Monsanto devra verser 2 milliards de dollars

Nouveau procès RoundupLe fabricant du glyphosate a été condamné à verser deux milliards de dollars à un couple d'Américains atteints d'un cancer.

Des activistes d'Attac devant les locaux de Bayer le 14 mars 2019.

Des activistes d'Attac devant les locaux de Bayer le 14 mars 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un jury américain a infligé lundi un troisième camouflet de taille au groupe chimique américain Monsanto, détenu par Bayer, en le condamnant à verser deux milliards de dollars à un couple, atteint d'un cancer. Ce dernier accuse le Roundup d'avoir causé la maladie.

Le jury a accordé «deux milliards de dollars» au titre de dommages «punitifs» destinés à sanctionner le fabricant du désherbant au glyphosate, a annoncé un des cabinets d'avocats du couple, qui poursuivait le groupe agrochimique devant un tribunal d'Oakland, près de San Francisco.

A ces deux milliards de dollars (autant en francs suisses), un milliard par personne, s'ajoutent 55 millions de dollars accordés à chacun des plaignants, atteints d'un lymphome non hodgkinien, à titre compensatoire (pertes économiques, préjudice moral).

Le groupe allemand Bayer, qui s'est dit «déçu» du verdict, compte faire appel. Il affirme toujours que le Roundup et son principe actif controversé, le glyphosate, sont sans danger. Le Roundup, très lucratif, est vendu dans le monde entier depuis une quarantaine d'années.

«Malveillance, oppression et fraude»

Ce procès s'était ouvert fin mars, juste après la condamnation pour les mêmes raisons de Monsanto à verser 80 millions de dollars à un septuagénaire atteint d'un lymphome non hodgkinien, qu'il attribuait au Roundup.

«Le jury a estimé que l'exposition au Roundup a causé le [cancer, ndlr] (...) et que Monsanto avait failli [à l'obligation de, ndlr] prévenir de ce grave danger pour la santé. Surtout, le jury a également reconnu que Monsanto avait agi avec malveillance, oppression ou fraude et devait être puni pour son comportement», a souligné dans un communiqué la firme Baum, Hedlund, Aristei & Goldman, un des cabinets qui défendaient le couple.

En août 2018, Monsanto avait été condamné à verser 289 millions de dollars à un jardinier atteint lui aussi de ce même type de cancer, une somme réduite ensuite à 78 millions par une juge.

Dans un communiqué lundi, Bayer a rappelé que l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA) avait réaffirmé à la fin avril que le glyphosate n'était «probablement pas cancérigène pour les humains». L'EPA avait toutefois recommandé un nouvel étiquetage pour réduire les risques écologiques, en particulier pour les papillons.

L'horizon s'assombrit donc encore pour le groupe allemand, pour lequel Monsanto, racheté pour 63 milliards d'euros (71 milliards de francs au cours actuel), s'apparente de plus en plus à un boulet au pied. Plus de 11'000 procédures contre le Roundup sont en effet en cours aux Etats-Unis, ce qui pourrait pousser la firme à signer un accord amiable pour éviter tous ces procès.

Milliards de valeur boursière perdus

Le 26 avril, les actionnaires de Bayer ont, d'ailleurs, infligé au groupe un rare désaveu en votant contre sa direction, lors de la première assemblée générale tenue après le coûteux rachat de Monsanto.

Le patron Werner Baumann avait espéré que les cours d'appel, saisies dans les deux premiers dossiers américains «rendent des décisions différentes», «basées sur l'analyse scientifique et non sur l'émotion».

Les procès perdus par la firme aux Etats-Unis ont fait dégringoler le titre en bourse, lui faisant perdre des milliards de dollars de valeur boursière. Le groupe allemand martèle depuis l'été dernier qu'aucun régulateur dans le monde n'a conclu à la dangerosité du glyphosate depuis sa mise sur le marché au milieu des années 1970. Il met en avant «800 études rigoureuses» sur ses effets.

Le centre international de recherche sur le cancer, une émanation de l'OMS, a considéré en 2015 que le glyphosate était «probablement cancérigène», mais pas l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ou l'agence européenne des produits chimiques (ECHA). (afp/nxp)

Créé: 14.05.2019, 00h04

Articles en relation

Soupçon de fichage: Bayer présente ses excuses

France Une enquête de France 2 avait dévoilé jeudi dernier que Monsanto avait des fichiers sur des personnalités. Plus...

Fichiers Monsanto: Bayer ne savait pas

France Bayer n'avait pas connaissance des fichiers de personnalités commandés par sa filiale. Ils dataient de 2016 quand l'entreprise allemande n'avait pas encore racheté Monsanto. Plus...

Bayer défend le rachat de Monsanto

Environnement Face à ses actionnaires et malgré un climat houleux, le directeur de Bayer Werner Baumann n'a pas de regrets quant à l'achat de Monsanto. Plus...

L'Allemand Bayer embourbé dans le scandale du glyphosate

Environnement Editorial Le groupe allemand, qui a racheté Monsanto, a sous-évalué les risques. Son patron admet que la société est en difficulté. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...