Passer au contenu principal

Royaume-UniLe ministre des Finances Sajid Javid démissionne

Le départ du Chancelier de l'Echiquier intervient dans le cadre du premier remaniement depuis le Brexit, et à un mois de la présentation du budget.

À compter de 2021, les droits spécifiques à immigrer pour les citoyens de l'Espace économique européen et de la Suisse seront abolis. (18 mai 2020)
À compter de 2021, les droits spécifiques à immigrer pour les citoyens de l'Espace économique européen et de la Suisse seront abolis. (18 mai 2020)
AFP
L'équivalent de plus de 4 milliards de francs ont été dépensées par le Royaume-Uni entre juin 2016 et mars 2020 pour se préparer au Brexit. (Jeudi 5 mars 2020)
L'équivalent de plus de 4 milliards de francs ont été dépensées par le Royaume-Uni entre juin 2016 et mars 2020 pour se préparer au Brexit. (Jeudi 5 mars 2020)
AFP
«Réalisons le Brexit!» Boris Johnson, 55 ans, l'a répété comme un mantra tout au long d'une campagne sans relief. «Donnez-moi une majorité et je finirai ce que nous avons commencé - ce que vous nous avez ordonné de faire - il y a trois ans et demi», a-t-il promis.  (12 décembre 2019)
«Réalisons le Brexit!» Boris Johnson, 55 ans, l'a répété comme un mantra tout au long d'une campagne sans relief. «Donnez-moi une majorité et je finirai ce que nous avons commencé - ce que vous nous avez ordonné de faire - il y a trois ans et demi», a-t-il promis. (12 décembre 2019)
AFP
1 / 31

Le ministre britannique des Finances Sajid Javid, l'un des poids lourds de l'équipe de Boris Johnson, a claqué la porte du gouvernement jeudi à l'occasion du premier remaniement depuis le Brexit. Il est remplacé par le secrétaire en chef du Trésor Rishi Sunak, 39 ans.

Cette démission représente une surprise de taille dans un remaniement qui s'annonçait sans bouleversement majeur. Elle intervient à un mois de la présentation du budget, le premier depuis que le Royaume-Uni a quitté l'Union européenne le 31 janvier, qui doit prévoir une nette hausse des dépenses publiques.

Selon une source proche de Sajid Javid, le Premier ministre Boris Johnson a exigé que son ministre des Finances congédie tous ses conseillers spéciaux pour les remplacer par ceux de Downing Street. Sajid Javid a estimé qu'«aucun ministre qui se respecte n'accepterait de telles conditions» et choisi de présenter sa démission, a souligné cette source.

«Moins d'austérité»

Après cette annonce, la livre s'est nettement inscrite à la hausse.«Le marché parie sur le fait que (ce remaniement) signifie plus de dépenses, moins d'austérité et plus de croissance», à un mois de la présentation du budget, a estimé Neil Wilson, analyste pour Markets.com.

Agé de 50 ans, Sajid Javid est un ancien banquier qui s'est tourné vers la politique. Fils d'un chauffeur de bus pakistanais, il a occupé le poste de ministre de l'Intérieur avant d'être nommé Chancelier de l'Echiquier en juillet, quand Boris Johnson a pris la tête du gouvernement.

Son départ survient alors que le Royaume-Uni entame à partir du début du mois prochain de délicates négociations pour définir ses relations futures avec l'Union européenne.

Après sa large victoire aux législatives du 12 décembre, le chef du gouvernement conservateur avait préféré attendre que le Royaume-Uni quitte l'Union européenne avant de mener un remaniement.

Nouveau président pour la COP26

Les autres piliers du gouvernement ont été reconduits: Dominic Raab aux Affaires étrangères, Priti Patel à l'Intérieur ou encore Michael Gove, qui était chargé de préparer le Brexit avant de devenir en quelque sorte l'adjoint de Boris Johnson.

Alok Sharma a quant à lui été nommé secrétaire d'Etat chargé des entreprises, de l'énergie et de la croissance propre. Il prendra aussi la tête de la COP26 sur le climat qui doit se tenir en novembre à Glasgow (Ecosse), après que sa présidente Claire Perry O'Neil a été congédiée.

Après la décision du gouvernement, elle avait violemment attaqué le bilan de Boris Johnson en matière de lutte contre la crise climatique et dénoncé un «énorme manque de leadership».

Secrétaire d'Etat à l'Ulster remercié

En revanche, le secrétaire d'Etat chargé de l'Irlande du Nord Julian Smith a été remercié. Il a pourtant réussi à remettre en ordre de marche les institutions politiques nord-irlandaises après trois ans de blocage entre les deux principaux partis, unionistes du DUP et républicains du Sinn Fein, qui s'y partagent le pouvoir.

Selon le «Times», Boris Johnson lui reproche un manque de transparence dans ces négociations qui comprennent une enquête sur les crimes reprochés aux soldats britanniques pendant les trois décennies des «troubles», entre républicains (majoritairement catholiques) et unionistes (surtout protestants), qui ont fait 3500 morts.

Le Premier ministre irlandais sortant Leo Varadkar a remercié Julian Smith qui, en huit mois à son poste, a contribué à restaurer les institution politique en Irlande du Nord, à conclure un accord de Brexit empêchant le retour d'une frontière physique sur l'île et à l'ouverture du mariage aux couples de même sexe. «Vous êtes l'un des meilleurs hommes politiques britanniques de votre époque», a-t-il tweeté.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.