Passer au contenu principal

NucléaireLa ministre de l'Ecologie rassure: «Fessenheim sera fermée»

Cette mise au point de la ministre française de l'Ecologie intervient quelques jours après un incident, qui bien que survenu hors du périmètre du réacteur, a ravivé les peurs liées à une centrale nucléaire proche de la Suisse.

Delphine Batho, la ministre française de l'Ecologie.
Delphine Batho, la ministre française de l'Ecologie.
ARCHIVES, AFP

Dans son programme électoral, François Hollande s’était engagé, s'il devenait président de la République, à fermer Fessenheim, la plus vieille centrale nucléaire de France, avant 2017. «L'engagement sera tenu (...) La centrale nucléaire de Fessenheim sera fermée», a affirmé la ministre de l'Ecologie Delphine Batho dans un entretien accordé au Journal du Dimanche.

«Le but est de le faire dans le dialogue social, en garantissant l'approvisionnement énergétique de la région et en préservant les emplois, le plus tôt possible et au plus tard en 2017», précise la ministre.

«Nous discuterons du calendrier précis lors du débat sur la transition énergétique qui commencera en novembre et s'achèvera avant le premier semestre 2013», détaille Delphine Batho. «Ce débat se conclura par une loi de programmation pour la transition énergétique que nous ferons voter avant la fin de l'année 2013».

Interrogée au sujet des gaz de schiste, la ministre rappelle que «la seule technique d'exploitation en la matière existant à ce jour (ndrl : la fracturation hydraulique) pose d'énormes problèmes environnementaux» et «nulle part dans le monde les industriels n'ont fait la démonstration qu'il était possible d'avoir recours à une autre technique».

Dans cet entretien, la ministre de l’Ecologie tient encore à préciser: «Ce sont ces réalités qui ont conduit à l'interdiction de la fracturation hydraulique. Elle reste et restera interdite.»

A quelques jours de la conférence environnementale nationale, qui réunira dès vendredi les différents partenaires de l'Hexagone directement concernés par les problèmes écologiques, Delphine Batho assure en attendre «un moment de vérité. La confrontation franche des visions, des idées, est féconde. Elle va produire des résultats».

«Nous nous engagerons sur une feuille de route, il n'y aura pas de sujets tabous», a encore affirmé la ministre de l'Ecologie.

J.-C. M.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.