Des millions d'Américains seront privés d'assurance

SantéLe Bureau du budget du Congrès a donné son avis sur la loi santé de Trump: 23 millions d'Américains pourraient perdre leur couverture d'ici à 2026.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nouveau projet de réforme du système de santé américain privera de couverture maladie 14 millions de personnes supplémentaires dès 2018 et 23 millions en 2026, selon un rapport publié mercredi par le Bureau du budget du Congrès (CBO).

L'impact de ce texte, qui doit abroger et remplacer la réforme Obamacare votée 2010, serait donc quasiment identique à celui de la première mouture qui avait été abandonnée fin mars faute de soutien dans les rangs des parlementaires républicains, infligeant un revers majeur au président Donald Trump.

Cette précédente réforme républicaine, qui avait suscité d'importants mouvements de protestations, aurait privé de couverture maladie le même nombre de personnes l'an prochain et un million de moins à l'horizon 2026, avait estimé le CBO en mars.

Les républicains se défendent

Si la nouvelle réforme était adoptée, le nombre de personnes sans couverture maladie atteindrait 51 millions en 2026 aux Etats-Unis, contre 28 millions si la loi emblématique de la présidence de Barack Obama était maintenue en place, selon les nouvelles estimations du CBO, généralement considérées comme fiables.

«L'histoire a prouvé que le CBO est totalement incapable de prédire avec justesse l'impact de la législation de l'assurance santé sur la couverture» médicale, a à l'inverse décrié un responsable de la Maison Blanche, sous couvert d'anonymat.

«Nous devons abroger et remplacer la désastreuse loi Obamacare» par Trumpcare, «qui va réformer notre système d'assurance santé cassé et en créer un qui va aider tous les Américains à accéder à des soins de qualité avec davantage de choix et des coûts réduits», a-t-il ajouté.

Controverse

Le rapport a aussitôt relancé la controverse politique brûlante sur la réforme de la santé, les démocrates saisissant l'occasion pour dénoncer de nouveau les méfaits supposés de la réforme «Trumpcare».

«Des dizaines de millions d'individus vont perdre leur couverture santé et des protections vitales disparaîtront si cette loi est adoptée», a affirmé le représentant démocrate du Kentucky, John Yarmuth, évoquant une question «de vie ou de mort pour beaucoup d'Américains».

Le nouveau projet de loi a été adopté de justesse par la Chambre des représentants le 4 mai et doit désormais être examiné et voté par le Sénat avant d'être promulgué. Selon le CBO, son adoption permettrait par ailleurs de réduire de 119 milliards de dollars le déficit public américain entre 2017 et 2026, soit 32 milliards d'économies en moins qu'avec la précédente version du texte.

Ce chantier législatif constitue un dossier crucial pour le président Trump qui a durement critiqué la réforme de l'assurance santé promue par son prédécesseur, promettant de l'«abroger et de la remplacer».

Surnommée Obamacare, l'Affordable Care Act de 2010 a permis de réduire à un plus bas historique le nombre de personnes sans couverture maladie aux Etats-Unis mais s'est également accompagnée d'une flambée des primes d'assurance dans certains Etats. (afp/nxp)

Créé: 25.05.2017, 00h35

Articles en relation

Obamacare: Trump remporte une bataille

Etats-Unis Jeudi, la Chambre des représentants a adopté de justesse le texte de remplacement de la loi d'Obama sur la santé. Plus...

L'abrogation d'«Obamacare» fait débat

Etats-Unis Les républicains restent divisés sur le projet d'abrogation de la loi santé d'Obama. Une vingtaine d'élus modérés s'y opposent. Plus...

Trump revient à la charge contre l'Obamacare

Etats-Unis Le président américain a réitéré ses propos sur l'abandon de son projet de réforme de santé: «Obamacare va exploser». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...