Un milliardaire en exil fait trembler Pékin

ChineUn homme d'affaire chinois recherché par Interpol a menacé Pékin de révélations compromettantes liées à la corruption.

Image: YouTube

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un milliardaire chinois en exil et recherché par Interpol a menacé vendredi la Chine de révélations fracassantes sur la corruption présumée de hauts dirigeants, après l'interruption soudaine d'un entretien qu'il donnait à un média américain.

Guo Wengui, ex-roi de l'immobilier qui vit depuis deux ans à l'étranger, participait en direct mercredi à une émission de la radio publique «La Voix de l'Amérique». Mais celle-ci a été stoppée après une heure, alors qu'elle devait en durer trois. M. Guo menaçait de révéler à l'antenne les connexions supposées troubles de dirigeants chinois avec le monde économique.

«Cette émission a été interrompue sur intervention du ministère chinois des Affaires étrangères et des services de renseignement», a accusé vendredi le milliardaire lors d'un entretien avec l'AFP. Il s'est dit prêt à dévoiler de supposées «transactions à l'étranger» de la famille de Wang Qishan, le tout puissant chef de la lutte contre la corruption à Pékin.

Pots-de-vin

Des journalistes de «La Voix de l'Amérique» avaient auparavant affirmé que le média avait été contacté par ce même ministère, qui avait fait part de «sa préoccupation» en amont de l'émission.

Bridget Serchak, directrice des relations publiques de la radio, a assuré qu'il était prévu dès le départ d'interrompre la diffusion après une heure, et que des extraits du reste de l'interview seraient diffusés séparément.

Le jour même de l'entretien, la Chine avait confirmé que M. Guo faisait l'objet d'une «notice rouge» d'Interpol. Diffusée à 190 pays, c'est une demande d'arrestation à des fins d'extradition, émise à la demande d'un pays membre de l'organisation policière.

Le milliardaire est accusé par la presse chinoise d'avoir versé 60 millions de yuans (quelque 8,6 millions de francs) de pots-de-vin à Ma Jian, l'ancien puissant chef du contre-espionnage chinois, tombé pour corruption début 2015.

Dirigeant chinois d'Interpol

La corruption est endémique en Chine et le gouvernement mène une vaste opération pour rapatrier des suspects ayant fui à l'étranger avec de l'argent mal acquis.

Cette démarche s'inscrit dans la campagne anticorruption du président chinois Xi Jinping. Mais ses détracteurs l'accusent d'utiliser également cette opération à des fins politiques, en épargnant des proches et en ciblant ses ennemis.

Interpol est dirigé depuis novembre par le vice-ministre chinois de la Sécurité publique Meng Hongwei. Une élection qui avait soulevé les craintes d'associations de défense des droits de l'homme sur les intentions futures de l'organisation.

La chaîne Al Jazeera a récemment fait un reportage évoquant l'affaire:

(ats/nxp)

Créé: 21.04.2017, 16h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les insectes débarquent dans nos assiettes
Plus...