Passer au contenu principal

SlovaquieLes meurtriers présumés du journaliste avaient déjà tué

Les deux hommes accusés l'an dernier du meurtre de Jan Kuciak et de sa fiancée sont soupçonnés d'avoir tué auparavant un homme d'affaires.

Un des meurtriers présumés de Jan Kuciak.
Un des meurtriers présumés de Jan Kuciak.
AFP

Deux meurtriers présumés d'un journaliste slovaque enquêtant sur des affaires de corruption sont impliqués dans un autre meurtre, a indiqué lundi la police nationale.

«Deux personnes de l'affaire de l'assassinat de Jan Kuciak ont été mises en examen pour le meurtre prémédité d'un homme d'affaires» à son domicile en décembre 2016, a annoncé la police sur sa page Facebook.

La police a identifié les hommes uniquement comme étant T.S. et M.M., ajoutant que l'arme du crime, une arme à feu, avait été retrouvée dans une rivière. Les médias locaux ont identifié la victime comme étant Peter Molnar, un homme d'affaires de la ville de Kolarovo, (ouest), et les accusés comme étant Tomas S. et Miroslav M.

Les deux hommes ont été accusés l'année dernière du meurtre de Jan Kuciak qui s'apprêtait à publier un rapport sur les liens présumés entre des hommes politiques slovaques et la mafia italienne, et sur des fraudes autour des fonds agricoles européens. Le journaliste et sa fiancée ont été abattus à leur domicile en février 2018.

Le double meurtre et le rapport de Jan Kuciak publié à titre posthume ont provoqué des manifestations de rue massives dans ce pays de 5,4 millions d'habitants, et poussé le Premier ministre Robert Fico à la démission. Depuis, celui-ci a été remplacé par Peter Pellegrini.

Outre Tomas S. et Miroslav M. trois autres personnes ont été accusées du meurtre de Jan Kuciak. Parmi eux, figurent l'entrepreneur slovaque Marian Kocner, dont les activités ont fait l'objet d'une enquête du journaliste et qui, selon les procureurs, aurait ordonné l'assassinat, ainsi qu'une ancienne traductrice de M. Kocner, Alena Zs.

Cette dernière a également été inculpée cette année d'un autre meurtre, l'assassinat en 2010 d'un ancien maire de la ville de Hurbanovo (ouest).

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.