«Mères de la Place de Mai»: 40 ans de combat

ArgentineCela fait 40 ans que ces mamans se rassemblent pour réclamer la vérité sur la disparition de leurs enfants pendant la dictature argentine.

Ils sont 30'000 opposants à avoir été éliminés par la milice de droite Triple A ou par la dictature, en vigueur en Argentine de 1976 à 1983.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les «Mères de la Place de Mai», qui réclament inlassablement la vérité sur le sort de leurs enfants, disparus durant la dictature argentine, ont célébré dimanche à Buenos Aires le 40e anniversaire de leur premier rassemblement.

Le 30 avril 1977, elles étaient 14 rassemblées devant le palais présidentiel, alors occupé par les militaires depuis le coup d'Etat de mars 1976. Femmes au foyer pour la plupart, ces Argentines avaient osé invectiver la junte alors que la répression battait son plein.

Les militaires les avaient baptisées avec mépris les «folles de la place de Mai», et les avaient obligées à marcher, autour de la statue centrale, car les rassemblements statiques de plus de trois personnes étaient interdits.

Ils sont 30'000 opposants à avoir été éliminés par la milice de droite Triple A ou par la dictature, en vigueur en Argentine de 1976 à 1983. «Trente mille raisons de continuer à se battre», expliquait dimanche une pancarte portée par une des 700 personnes présentes à cette marche anniversaire.

«Ils sont en vie... les idéaux des disparus»

«Restez vigilantes, restez vigilantes. Ils sont en vie... les idéaux des disparus» et présumés morts, ont également clamé des centaines d'Argentins dimanche. Avec toujours, pour les guider, la fondatrice du mouvement des «Mères», Hebe de Bonafini, désormais âgée de 88 ans, dans sa chaise roulante, mais toujours aussi populaire, foulard blanc impeccable.

Octogénaires pour les plus jeunes, elles auraient pu abandonner la lutte ou espacer les manifestations, mais le temps n'a pas entamé leur détermination. Elles continuent de se rassembler chaque jeudi à 15h30.

En 2003, l'arrivée au pouvoir de Nestor Kirchner avait relancé leurs espoirs. Des centaines de militaires ont été jugés et condamnés pour la répression des opposants à la junte. (afp/nxp)

Créé: 01.05.2017, 01h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...