Passer au contenu principal

Avec Ménard, «Oz ta droite!» adopte 51 objectifs

Robert Ménard ambitionne que les candidats de droite à la présidentielle adoptent ces «marqueurs de droite».

Robert Ménard ce week-end dans sa ville de Béziers.
Robert Ménard ce week-end dans sa ville de Béziers.
AFP

Devant environ 800 participants, Robert Ménard s'est félicité d'avoir mis «à la même table des gens qui ne pensent pas la même chose, qui pour un certain nombre ne s'étaient jamais parlé.»

«Pari» réussi donc d'après lui: «réconcilier, faire travailler ensemble les droites, diverses, différentes, divergentes, qui pour certaines se combattent».

Au lendemain du départ théâtral de Marion Maréchal-Le Pen, mandatée par le FN pour l'événement, et qui a reproché à Robert Ménard de ne pas s'inscrire dans la stratégie de Marine Le Pen pour 2017, Robert Ménard l'a à nouveau «évidemment remerciée» pour sa présence, sous les acclamations. Il avait déclaré peu après l'ouverture de sa réunion, que son mouvement ne servirait pas de «marche-pied au Front national».

51 thèmes adoptés

Les participants ont ensuite adopté, à l'aide de cartons bleus brandis et souvent à une large unanimité, 51 propositions avec pour thèmes: de l'air, effort, ordre, indépendance, mérite, du sens, justice, avenir, République, pluralisme.

Objectif: définir des «marqueurs» qui «posent une frontière» entre ce qui est de droite et ce qui ne le serait pas.

«Tous les candidats de droite devraient s'engager» sur ce «programme», a lancé l'ancien patron de Reporters sans Frontières, au risque, a-t-il promis devant quelques journalistes, de se voir «pourrir la vie» par son «mouvement citoyen» appelé «Oz ta droite!»

Voile islamique

Une seule proposition a été remaniée: celle d'«autoriser le voile islamiste au seul espace privé et aux seules voies privées» a été limitée, sous la pression du public, au seul espace privé.

Parmi les autres propositions adoptées, -«moratoire de cinq ans sur les impôts»; -«fin du statut» des fonctionnaires pour une partie des nouveaux; -«abolition des lois attentatoires à la liberté d'expression»; -«simplification radicale des normes»; -fin des 35 heures (temps réglementaire de travail en France depuis 2000, ndlr); -retraite à 65 ans; -réduction de l'Etat-providence; -déchéance de nationalité pour les «terroristes et leurs apologistes»; -majorité pénale à 15 ans; -rétablissement de la double peine; -primauté du droit français sur le droit international; -«maintien» du nucléaire; -budget de la défense à 3% du PIB; -refus du traité transatlantique (traité de libre-échange entre l'UE et les USA, appelé Tafta ou TTIP, en négociation depuis 2013, ndlr); -suspension de Schengen; -abrogation de la loi Taubira (qui permet le mariage homosexuel, ndlr); -interdiction de la gestation pour autrui (GPA); -préférence nationale (logements sociaux, emploi, agriculture); -proportionnelle aux législatives; -droit du sang, etc.

Enfin, pour les extra-communautaires, conditionnalité des allocations sociales, suppression du regroupement familial et de la double nationalité.

«La lutte continue» a conclu Robert Ménard, avant de lancer le Chant des Partisans, guère repris, puis une Marseillaise.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.