Mélenchon: «Tout ce souk pour ça!»

FranceLa justice a requis trois mois avec sursis contre Jean-Luc Mélenchon, qui est poursuivi pour actes d'intimidation envers un magistrat.

Jean-Luc Mélenchon: «Il faut que tout se termine par une relaxe et qu'on passe à autre chose.»

Jean-Luc Mélenchon: «Il faut que tout se termine par une relaxe et qu'on passe à autre chose.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parquet français a requis trois mois de prison avec sursis contre Jean-Luc Mélenchon pour les incidents ayant émaillé la perquisition d'octobre 2018 au siège du parti LFI. Il a estimé devant le tribunal de Bobigny que le leader insoumis a mené «un acte de résistance violente avec usage de la force». Le tribunal correctionnel de Bobigny a mis en délibéré au 9 décembre le jugement du procès.

Poursuivi pour «actes d'intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l'autorité publique, rébellion et provocation», Jean-Luc Mélenchon, qui martèle être victime d'un «procès politique», encourt jusqu'à 10 ans de prison, une amende de 150'000 euros et 5 ans d'inéligibilité.

Le ministère public n'a requis une peine de prison avec sursis que pour le chef du parti LFI. Il a aussi demandé 8000 euros d'amende pour Jean-Luc Mélenchon, les députés Alexis Corbière et Bastien Lachaud et l'eurodéputé Manuel Bompard, 10'000 euros contre le président de l'association «L'Ere du peuple» Bernard Pignerol et 2000 euros contre l'attachée de presse du mouvement.

Escalade de tensions

«La loi a prévu 10 ans, de 10 ans on passe à trois mois avec sursis... Tout ce souk pour ça!», s'est exclamé Jean-Luc Mélenchon devant la presse, après avoir salué les dizaines de militants qui attendaient dans le hall pour le soutenir. «J'estime que sur le plan moral notre victoire est totale (...). Il faut que tout se termine par une relaxe et qu'on passe à autre chose», a-t-il ajouté.

Pour justifier ses réquisitions, le parquet a souligné le rôle décisif de Jean-Luc Mélenchon dans l'escalade de tensions ayant mené à l'interruption de la perquisition, scène dont les images filmées par des journalistes ont été largement reprises dans les médias. (ats/nxp)

Créé: 20.09.2019, 18h32

Articles en relation

Mélenchon revendique son «insoumission»

France Jeudi, Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé lors de son procès pour «actes d'intimidation, rébellion et provocation». Plus...

Mélenchon sera jugé pour intimidations

France En octobre, Jean-Luc Mélenchon s'était opposé avec virulence aux perquisitions menées chez lui et au siège de La France Insoumise. Il devra rendre des comptes. Plus...

Jean-Luc Mélenchon convoqué par la justice

France Suite aux perquisitions houleuses à son domicile et au siège de son parti, Le leader de la France Insoumise est sous le coup d'une enquête pour «violences» et «intimidations». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...