Passer au contenu principal

En Méditerranée, les disparus n’ont pas de nom

En 2016, la traversée de la Méditerranée est devenue de plus en plus dangereuse pour les migrants. Derrière les chiffres officiels se cachent probablement beaucoup plus de victimes.

La nuit du 19 avril 2015, un bateau de pêche heurtait un cargo en Méditerranée. La collision avait fait des victimes, mais personne ne savait combien. Seules 28 personnes ont été secourues. La marine retrouva tout d’abord 200 corps. On soupçonna par la suite la présence d’une centaine d’autres personnes à bord. Matteo Renzi, le président du Conseil des ministres italien, annonça alors le lancement d’une opération visant à récupérer le bateau. «Le monde entier doit voir ce qui s’est passé», déclarait-il, s’engageant sur le fait qu’on ne peut plus faire «ceux qui n’ont rien vu». L’opération dura plus d’un an. En juillet dernier, la marine italienne a repêché le bateau, qui se situait à 370 mètres de profondeur.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.