Marée humaine pour une Catalogne indépendante

Espagne«In - Inde - Independencia», hurlaient un million et demi de manifestants mardi à Barcelone, à l'occasion du Jour de la Catalogne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les manifestants défilaient à l'appel des indépendantistes qui accusent l'Etat central d'entraîner cette grande région endettée dans la spirale de la crise.

«Le peuple catalan a répondu d'une façon magnifique» à l'appel, a affirmé Carme Forcadell, présidente de l'Assemblée nationale catalane (ANC), une association organisatrice de la manifestation.

La police catalane a chiffré le nombre de manifestants à 1,5 million, tandis que la presse soulignait une participation sans précédent depuis le défilé historique de 1977 pour l'autonomie de la région.

Fait exceptionnel, les organisateurs ont réussi, malgré des dissensions, à rassembler quasiment toutes les autres organisations indépendantistes ou souverainistes sur un parcours unique. «Que veut cette foule? Un nouvel Etat d'Europe. Que veulent ces gens? Une Catalogne indépendante», hurlaient en catalan les manifestants venus en famille et entre amis.

«La crise donne des arguments pour l'indépendance», affirme Mar Tarres, une avocate de 24 ans, arborant un drapeau indépendantiste sur les épaules. «Il y a le sentiment qu'il y a plus de coupes ici parce que nous payons pour les autres. Par exemple, il y a des régions où ils ont construit des aéroports sans avion comme à Castellon», dans la région de Valence, ajoute-t-elle.

«Nous sommes totalement spoliés et l'argent de nos impôts se perd à Madrid», s'emporte aussi Eva Garcia, une étudiante en histoire de 21 ans. «Le système de solidarité entre régions est injuste. L'Allemagne le fait mieux que nous», renchérit Oriol Trullas, conseiller financier de 24 ans.

Redéfinir la redistribution

Le gouvernement nationaliste (CiU) de Catalogne avait lui-même appelé à une participation massive, décidé à faire pression sur Madrid pour revoir le pacte budgétaire qui définit combien l'Etat, qui collecte l'impôt, reverse à la région.

«S'il n'y a pas d'accord sur le terrain économique, vous savez que la voie de la Catalogne vers la liberté est ouverte», a menacé le président de la région, Artur Mas, mardi. D'autant que selon un sondage réalisé en juillet et publié dans le journal La Vanguardia, 51,1% des Catalans voteraient «oui» aujourd'hui à l'indépendance en cas de référendum, contre 36% en mars 2001.

Selon la Catalogne, l'Etat, qui collecte l'impôt, ne reverse pas assez à la région qui représente, avec environ 200 milliards d'euros, un cinquième du produit intérieur brut annuel du pays. Artur Mas veut redéfinir le reversement avec l'Etat central, qui s'y oppose, et ira le 20 septembre à Madrid pour en discuter avec le chef du gouvernement Mariano Rajoy.

A elle seule, la Catalogne a dérapé à 3,9% du PIB en 2011, contribuant au déficit global de l'Espagne de 8,9% contre 6% promis. Elle est désormais la région la plus endettée du pays, croulant sous une ardoise de 42 milliards d'euros (21% de son PIB). Fin août, la Catalogne a dû se résoudre à demander une aide de 5,023 milliards à l'Etat central. (ats/afp/nxp)

Créé: 11.09.2012, 20h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Khashoggi, l'Arabie saoudite et le Yémen
Plus...