Passer au contenu principal

Un marchand d'art avait détourné des millions

Un Britannique, basé en partie à Zurich, a été condamné à 4 ans de prison à New York pour avoir détourné la vente de tableaux de grande valeur.

Parmi les tableaux vendus ou détournés entre 2010 et 2015, la période sur laquelle portait l'acte d'accusation, figure notamment «Buste de Femme» de Pablo Picasso.
Parmi les tableaux vendus ou détournés entre 2010 et 2015, la période sur laquelle portait l'acte d'accusation, figure notamment «Buste de Femme» de Pablo Picasso.
archive/photo d'illustration, AFP

Le marchand d'art britannique Timothy Sammons a été condamné mardi à quatre années de prison au minimum par un tribunal de Manhattan. Le sexagénaire, basé en partie à Zurich, a détourné le produit de la vente d'une série de tableaux de valeur, soit plusieurs dizaines de millions de dollars.

Timothy Sammons, âgé de 63 ans, avait plaidé coupable des 15 chefs d'accusation retenus contre lui, ce qui lui a évité un procès. A l'issue des quatre années de détention, son dossier sera examiné par une commission des libertés, qui peut le maintenir en prison jusqu'à 12 ans au total si elle le juge nécessaire, en vertu de la décision prononcée par la juge Ann Scherzer.

Basé à Londres, New York et Zurich, le marchand d'art a vendu plusieurs oeuvres confiées par des collectionneurs, mais sans informer ces derniers de la transaction. Il conservait alors le produit de la vente et laissait les propriétaires des tableaux s'impatienter, ignorant que leurs biens avaient atterri dans d'autres mains.

Dans d'autres cas, cet ancien de la maison d'enchères Sotheby's gardait les tableaux et les hypothéquait pour obtenir des prêts bancaires.

Train de vie fastueux

Parmi les tableaux vendus ou détournés entre 2010 et 2015, la période sur laquelle portait l'acte d'accusation, figurent notamment «Buste de Femme» de Pablo Picasso et «Rêverie» de Marc Chagall, mais aussi des oeuvres de Paul Signac, Luciano Fontana et René Magritte.

Au total, Timothy Sammons a détourné entre 10 et 30 millions de dollars de quatre de ses clients, selon l'enquête, dont il a utilisé une bonne partie pour entretenir un train de vie fastueux. Il possédait notamment une maison dans le quartier huppé de Primrose Hill, à Londres.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.