«Marawi est libérée de l'influence terroriste»

PhilippinesRodrigo Duterte s'est déplacé sur l'île de Mindanao pour annoncer la victoire de l'armée sur les combattants islamistes.

Rodrigo Duterte.

Rodrigo Duterte. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président philippin a annoncé mardi la libération de la ville de Marawi. Celle-ci était occupée partiellement depuis mai dernier par des combattants islamistes.

Le général Restituto Padilla, porte-parole de l'armée philippine, a toutefois déclaré qu'une trentaine d'insurgés restaient retranchés dans Marawi avec une vingtaine d'otages et que les opérations militaires se poursuivaient.

Rodrigo Duterte s'est rendu dans cette ville de près de 200'000 habitants située sur l'île de Mindanao (sud) au lendemain de la mort de deux chefs de la rébellion. Il a proclamé la victoire de l'armée devant un groupe de soldats, rapportent CNN Philippines et ABS-CBN.

«Je déclare par conséquent la ville de Marawi libérée de l'influence terroriste, ce qui marque le début de la réhabilitation», a déclaré Rodrigo Duterte.

Corps identifiés

Marawi a été en partie occupée par les islamistes pendant 148 jours. Plus de 800 rebelles, 47 civils et 162 soldats ont été tués depuis mai dans les affrontements.

Isnilon Hapilon, «émir» autoproclamé de l'Etat islamique pour l'Asie du Sud-Est et chef d'une faction extrémiste du groupe Abu Sayyaf, et Omarkhayam Maute, l'un des deux «califes» à la tête de l'alliance islamiste Dawla Islamiya, ont été tués au cours d'une opération ciblée lundi. Leurs corps ont été retrouvés et identifiés, selon les autorités.

Menace écartée

Même si les combats ne sont pas tout à fait terminés, les derniers rebelles sont des «traînards» qui ne représentent plus une menace, a déclaré le général Padilla. «Il n'y a aucun moyen pour eux de sortir, il n'y a aucun moyen pour quiconque d'entrer», a-t-il dit.

Les militaires supposent que Mahmud Ahmad, un dirigeant islamiste malaisien, se trouve toujours dans la ville, mais ne le considèrent pas comme menaçant. «C'est un intellectuel, pas un combattant», a déclaré Restituto Padilla.

Certains spécialistes des questions de sécurité estiment que Mahmud Ahmad, qui est connu comme un recruteur et financier aguerri du mouvement islamiste, aspire à remplacer Hapilon comme représentant de l'Etat islamique en Asie du Sud-Est. Agé de 39 ans, il est passé par un camp d'entraînement d'Al Qaïda en Afghanistan.

L'attaque de Marawi a révélé aux yeux des experts l'étendue de la menace extrémiste dans les régions pauvres et peu développées à majorité musulmane du sud de l'archipel, que le gouvernement de Manille a selon eux longtemps sous-estimée. (ats/nxp)

Créé: 17.10.2017, 10h27

Articles en relation

Le chef islamiste Isnilon Hapilon tué

Philippines L'un des terroristes les plus recherchés a été tué dans les combats pour reprendre la ville de Marawi, dans le sud des Philippines. Plus...

Duterte fera tuer son fils s'il est mêlé à la drogue

Philippines Le fils du président philippin a été entendu récemment sur des accusations de trafic de drogue lancées par l'opposition. Plus...

Duterte compare un de ses détracteurs à un pédophile

Philippines Critiqué à la suite de la mort de deux adolescents tués par la police, le président philippin s'en est violemment pris à la Commission des droits de l'Homme. Plus...

Marawi: l'armée annonce une prise importante

Philippines L'armée philippine qui tente de reprendre une partie de la ville de Marawi aux mains de djihadistes revendique une percée, dimanche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...