Mandat d'arrêt contre l'ex-bras droit de Morales

BolivieAccusé de sédition et de terrorisme, Juan Ramon Quintana fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la part du nouveau pouvoir bolivien.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Parquet bolivien a lancé lundi un mandat d'arrêt contre Juan Ramon Quintana, qui était le bras droit de l'ancien président Evo Morales et que le nouveau pouvoir accuse de «sédition» et de «terrorisme».

Juan Ramon Quintana, porte-parole de la présidence bolivienne lorsque Evo Morales était au pouvoir, est «auteur et complice» des crimes de «sédition, instigation publique à la délinquance, terrorisme et financement du terrorisme», a affirmé sur Twitter le ministre de l'Intérieur, Arturo Murillo, à l'origine du mandat d'arrêt.

En novembre, alors que le pouvoir d'Evo Morales était menacé par l'opposition de droite radicale, Juan Ramon Quintana avait déclaré que si le président était destitué, la Bolivie allait «se transformer en un grand champ de bataille, un Vietnam moderne».

Evo Morales a démissionné le 10 novembre, sous la pression d'un mouvement de protestation civile l'accusant de fraude lors de l'élection présidentielle d'octobre, et finalement lâché par la police et l'armée.

Bolivie: Evo Morales emporté par la contestation

Premier président amérindien de Bolivie, Evo Morales, qui briguait en octobre un nouveau mandat, avait été proclamé vainqueur dès le premier tour. Mais l'opposition avait refusé de reconnaître le résultat du scrutin, et une enquête préliminaire de l'Organisation des États américains (OEA) a relevé de graves irrégularités. Après sa démission, Evo Morales s'est exilé au Mexique.

D'autres personnes recherchées

Dès qu'il a pris ses fonctions de ministre de l'Intérieur, Arturo Murillo a annoncé que l'ancien bras droit d'Evo Morales allait être recherché. «Nous allons nous lancer à la chasse de Juan Ramon Quintana. Pourquoi est-ce une chasse? Parce que c'est un animal qui tue des gens», a-t-il déclaré à des journalistes, sans autres précisions.

Arturo Murillo a aussi indiqué que la police et le service de renseignement était sur les traces de Raul Garcia, frère de l'ancien vice-président Alvaro Garcia.

À la fin de la semaine dernière, le Parquet général a aussi émis un mandat contre l'ancienne ministre de la Culture et du Tourisme, Vilma Alanoca, recherchée pour «instigation à la délinquance».

Les nouvelles autorités ont affirmé qu'au cours des journées agitées qui ont entouré la chute d'Evo Morales, des fonctionnaires du Ministère de la culture et du tourisme avaient été trouvés en possession de cocktails Molotov qu'ils auraient fabriqués, selon la police, sur ordre de leur hiérarchie. Cristian Saavedra, sous-directeur de la Force spéciale de lutte contre le crime (FELCC), a confirmé que des charges pesaient contre Vilma Alanoca. (afp/nxp)

Créé: 26.11.2019, 04h33

Articles en relation

Le Parlement valide des élections sans Morales

Bolivie Un projet de loi encadrant la tenue d'élections présidentielle et législatives a reçu l'aval du Parlement bolivien samedi. Plus...

Un premier dialogue pour mettre fin à la crise

Bolivie Pour la première fois depuis le début de la crise en Bolivie, les deux camps vont se retrouver pour dialoguer, samedi. Plus...

Dispersion d'une marche antigouvernementale

Bolivie Jeudi, la police a fait usage de gaz lacrymogène lors d'un cortège funéraire qui a tourné en manifestation contre le gouvernement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus, suite
Plus...