Magazine fermé après avoir caricaturé Moïse

TurquieLa magazine satirique Girgir a publié une caricature dans laquelle Moïse guide les juifs hors d'Egypte. Tollé en Turquie.

Image: Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Girgir, l'un des plus célèbres magazines satiriques de Turquie, a été fermé après la publication d'une caricature de Moïse jugée insultante. Prophète majeur chez les juifs, Moïse est également une figure sacrée pour les chrétiens et les musulmans.

Dans son dernier numéro, Girgir a publié une caricature dans laquelle Moïse guide les juifs hors d'Egypte, ses compagnons se plaignant dans un flot d'injures. «La décision a été prise de fermer le magazine et de renvoyer tout le personnel à cause de la caricature de mauvais goût», ont annoncé les éditeurs dans une déclaration publiée par l'hebdomadaire sur les réseaux sociaux.

«La caricature a gêné la société et nous a gênés en tant qu'entreprise de publication», ajoutent les éditeurs. Depuis 2015, Girgir est publié par le groupe de Sözcü, un quotidien nationaliste laïc fermement opposé au président turc Recep Tayyip Erdogan.

Tabou en Turquie

Selon les éditeurs, cette caricature est une tentative délibérée de «mettre l'entreprise dans une position délicate». Ils ajoutent qu'ils transmettront au procureur les noms des responsables. Dans un communiqué publié avant l'annonce de sa fermeture, Girgir s'était excusé, affirmant que la caricature avait échappé à l'attention des relecteurs «du fait de la fatigue et de l'insomnie».

Les caricatures des personnages sacrés, principalement musulmans, sont quasiment taboues en Turquie. «Cela n'a rien à voir avec l'humour et la liberté d'expression, c'est immoral et un crime de haine», a tweeté le porte-parole de M. Erdogan, Ibrahim Kalin, avec une image de la caricature.

Celle-ci a aussi été fermement condamnée par le rédacteur en chef de l'hebdomadaire juif stambouliote Shalom, Ivo Molinas, qui a tweeté: «Quelle honte! Quel irrespect!»

Liberté de la presse menacée

L'année dernière déjà, deux journalistes du quotidien Cumhuriyet avaient été condamnés à deux ans de prison. Ils avaient reproduit la caricature de Mahomet publiée à la une de Charlie Hebdo après l'attentat qui a visé le siège de l'hebdomadaire satirique français.

La Turquie a encore quelques hebdomadaires satiriques, dont Leman et Penguen. Ils sont considérés comme des bastions de la satire dans un contexte d'atteintes croissantes contre la liberté de la presse sous la présidence Erdogan. (ats/nxp)

Créé: 17.02.2017, 17h38

Articles en relation

Un assistant turc arrache une caricature de Mahomet

Conseil de l'Europe Un membre de la délégation turque n'a pas supporté l'exposition sur la liberté d'expression au Conseil de l'Europe. Armé de son stylo, il a vandalisé une œuvre. Plus...

Ecrivain tué après une caricature anti-islam

Jordanie Un auteur chrétien, qui comparaissait pour avoir diffusé un dessin jugé offensant, a été assassiné devant le tribunal, dimanche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Scrutin annulé: Pagani vilipendé
Plus...