Passer au contenu principal

LuxembourgLuxLeaks: le journaliste à l'origine du scandale inculpé

Cette inculpation est la troisième au Luxembourg. Le journaliste français est accusé de vol domestique et de blanchiment.

Le scandale LuxLeaks a mis en lumière des centaines de «tax rulings».
Le scandale LuxLeaks a mis en lumière des centaines de «tax rulings».
Archives, Keystone

Le journaliste français qui a révélé le scandale LuxLeaks a été inculpé jeudi 23 avril au Luxembourg. Il est notamment accusé de vol domestique et de blanchiment, a annoncé le parquet dans un communiqué.

«En date de ce jour, le juge d'instruction a procédé à l'inculpation d'un journaliste français. Il lui est reproché d'être co-auteur, sinon complice des infractions commises par l'un des anciens collaborateurs de PwC», a indiqué le parquet, sans préciser le nom du journaliste.

Cette inculpation est la troisième au Luxembourg, après celle d'un ancien collaborateur du cabinet d'audit et d'un second employé de PwC, d'où proviennent une grande partie des documents du LuxLeaks. Elle fait suite à une plainte de PwC déposée en juin 2012.

Fichiers copiés

Le collaborateur du cabinet avait démissionné de PwC en 2010. En quittant la firme, il avait copié sur le serveur informatique des centaines de rescrits fiscaux confidentiels entre l'administration fiscale luxembourgeoise et des multinationales.

Il avait par la suite confié des copies des rescrits fiscaux au journaliste. Les documents avaient été partiellement révélés en mai 2012 dans une émission de France 2.

Le reste des documents, ainsi que de nouveaux accords fiscaux confidentiels provenant de PwC mais aussi d'autres sociétés d'audits et de cabinets d'avocats au Luxembourg, ont été publiés en novembre 2014 par le Consortium international de journalistes d'investigation (ICIJ), déclenchant le scandale des LuxLeaks.

Le scandale LuxLeaks a mis en lumière des centaines de «tax rulings». Ces décisions anticipées conclues au Luxembourg lorsque Jean-Claude Juncker, l'actuel président de la Commission, était Premier ministre, permettent aux multinationales de quasiment échapper à l'impôt.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.