Londres et Dublin n'avancent pas

BrexitLe Royaume-Uni et l'Irlande campent sur leurs positions au sujet du devenir de leur frontière commune après le Brexit.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Royaume-Uni devrait prendre une décision sur la question de sa frontière avec l'Irlande une fois que les pourparlers sur l'après-Brexit auront commencé avec l'Union européenne, a martelé dimanche le ministre britannique du Commerce Liam Fox, alors que l'UE réclame des progrès suffisants sur ce dossier avant de les entamer.

De son côté, l'Irlandais Phil Hogan, le commissaire européen à l'Agriculture, a réitéré la menace de Dublin d'empêcher tout progrès dans les négociations entre le Royaume-Uni et l'UE s'il n'y avait pas de fermes assurances qu'il n'y aurait pas de frontière physique sur le territoire irlandais.

Dans un entretien avec un journal dominical britannique, il a averti que l'Irlande «continuerait jusqu'à la fin à négocier pied à pied» sur ce dossier. «Nous ne voulons pas qu'il y ait là-bas une frontière physique mais le Royaume-Uni va quitter l'union douanière et le marché unique», a quant à lui déclaré M. Fox, un des partisans de premier plan au sein du gouvernement britannique d'une sortie de l'UE, au cours d'une émission politique dominicale. «Mais nous ne pouvons obtenir une réponse définitive à la question irlandaise avant d'avoir une idée de l'état final (du processus de Brexit ndlr) - et avant que nous n'ayons des discussions avec l'UE sur l'état final, ce sera très difficile», a-t-il souligné. «Donc le plus vite nous pourrons le faire le mieux ce sera,» a-t-il ajouté.

Les Irlandais exigent des garanties concernant la frontière avant un sommet crucial mi-décembre à Bruxelles au cours duquel les dirigeants de l'Union européenne décideront s'ils acceptent d'élargir les négociations à la relation future avec Londres, notamment commerciale.

Une deuxième phase que le Royaume-Uni est impatient de pouvoir entamer. Outre l'évaluation de la facture du divorce entre ce pays et l'Union européenne, l'UE réclame des «progrès suffisants» sur le dossier des droits des Européens vivant au Royaume-Uni après le Brexit et sur les conséquences du divorce sur la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

Un accord d'étape sur les trois sujets est jugé indispensable par les 27 autres Etats de l'UE pour accepter de passer à la deuxième phase. Ils considèrent que seuls des engagements clairs de Londres permettront de boucler la première phase des tractations autour du Brexit, focalisée sur l'organisation du retrait britannique fin mars 2019. (afp/nxp)

Créé: 27.11.2017, 00h19

Articles en relation

Londres pourrait recruter des douaniers… polonais!

Monde Les conséquences tangibles du Brexit, prévu le 29 mars 2019, commencent à apparaître. Tantôt inquiétantes, tantôt absurdes. Plus...

Brexit: l'addition, s'il vous plaît!

Angleterre Vingt milliards d'euros, 40, 60 ? Les chiffres cités pour évaluer la facture du Brexit donnent le vertige. Explications. Plus...

L'autorité bancaire européenne siégera à Paris

Brexit Paris obtient le siège de l'Autorité bancaire européenne (ABE) à l'issue d'un vote organisé à Bruxelles, a annoncé lundi la présidence de l'UE. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hodgers veut 30% de surface arborisée à Genève
Plus...