Passer au contenu principal

BrexitLondres et Dublin n'avancent pas

Le Royaume-Uni et l'Irlande campent sur leurs positions au sujet du devenir de leur frontière commune après le Brexit.

Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)
Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)
Keystone
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)
AFP
Le Parlement britannique va se prononcer sur la tenue d'élections législatives anticipées, prévues le 8 juin. (Mercredi 19 avril 2017)
Le Parlement britannique va se prononcer sur la tenue d'élections législatives anticipées, prévues le 8 juin. (Mercredi 19 avril 2017)
AFP
1 / 150

Le Royaume-Uni devrait prendre une décision sur la question de sa frontière avec l'Irlande une fois que les pourparlers sur l'après-Brexit auront commencé avec l'Union européenne, a martelé dimanche le ministre britannique du Commerce Liam Fox, alors que l'UE réclame des progrès suffisants sur ce dossier avant de les entamer.

De son côté, l'Irlandais Phil Hogan, le commissaire européen à l'Agriculture, a réitéré la menace de Dublin d'empêcher tout progrès dans les négociations entre le Royaume-Uni et l'UE s'il n'y avait pas de fermes assurances qu'il n'y aurait pas de frontière physique sur le territoire irlandais.

Dans un entretien avec un journal dominical britannique, il a averti que l'Irlande «continuerait jusqu'à la fin à négocier pied à pied» sur ce dossier. «Nous ne voulons pas qu'il y ait là-bas une frontière physique mais le Royaume-Uni va quitter l'union douanière et le marché unique», a quant à lui déclaré M. Fox, un des partisans de premier plan au sein du gouvernement britannique d'une sortie de l'UE, au cours d'une émission politique dominicale. «Mais nous ne pouvons obtenir une réponse définitive à la question irlandaise avant d'avoir une idée de l'état final (du processus de Brexit ndlr) - et avant que nous n'ayons des discussions avec l'UE sur l'état final, ce sera très difficile», a-t-il souligné. «Donc le plus vite nous pourrons le faire le mieux ce sera,» a-t-il ajouté.

Les Irlandais exigent des garanties concernant la frontière avant un sommet crucial mi-décembre à Bruxelles au cours duquel les dirigeants de l'Union européenne décideront s'ils acceptent d'élargir les négociations à la relation future avec Londres, notamment commerciale.

Une deuxième phase que le Royaume-Uni est impatient de pouvoir entamer. Outre l'évaluation de la facture du divorce entre ce pays et l'Union européenne, l'UE réclame des «progrès suffisants» sur le dossier des droits des Européens vivant au Royaume-Uni après le Brexit et sur les conséquences du divorce sur la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

Un accord d'étape sur les trois sujets est jugé indispensable par les 27 autres Etats de l'UE pour accepter de passer à la deuxième phase. Ils considèrent que seuls des engagements clairs de Londres permettront de boucler la première phase des tractations autour du Brexit, focalisée sur l'organisation du retrait britannique fin mars 2019.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.