Des lions tuent une employée dans une réserve

Afrique du SudUn groupe de fauves a mis en pièce une femme de 21 ans dans une réserve de chasse privée.

L'Afrique du Sud compte quelques 8000 lions élevés en enclos pour la chasse.

L'Afrique du Sud compte quelques 8000 lions élevés en enclos pour la chasse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des lions ont mis en pièces une employée d'une réserve de chasse privée en Afrique du Sud, a-t-on appris samedi auprès de la police. «Une femme âgée de 21 ans a apparemment été attaquée et tuée par un groupe de lions dans une réserve de chasse privée», a indiqué dans un communiqué un porte-parole de la police, le colonel Moatshe Ngoepe.

La victime a été attaquée jeudi après-midi, «dans le cadre de son travail», dans une réserve de la province du Limpopo, dans le nord-est du pays, a-t-il précisé. A l'arrivée des services de secours, la jeune femme, victime de multiples blessures, se trouvait à l'extérieur d'un enclos à lions. Elle était morte à son arrivée à l'hôpital.

Une enquête a été ouverte. «Nous tentons de comprendre ce qui a pu se passer», a déclaré le colonel Ngoepe. «Tout ce que nous savons, c'est qu'elle travaillait et habitait sur place».

L'Afrique du Sud compte quelques 8000 lions élevés en enclos pour la chasse, le commerce des os, le tourisme et la recherche universitaire, selon des estimations de groupes de défense de la faune sauvage. En revanche, on ne compte que 3000 bêtes à l'état sauvage, vivant dans les parcs nationaux où la chasse est interdite. (afp/nxp)

Créé: 08.02.2020, 14h00

Articles en relation

Les Lions ne rugissent pas: les experts expliquent pourquoi

Basketball Avant leur double déplacement à Boncourt du week-end, les Lions de Genève sont passés au crible. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...