Le Liban demande de l’aide pour supporter le poids des réfugiés syriens

Crise syrienneLa présence massive de réfugiés syriens au Liban est «une bombe à retardement», a averti Saad Hariri à Bruxelles.

Saad Hariri, premier ministre du Liban.

Saad Hariri, premier ministre du Liban. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La reconstruction de la Syrie et l’aide aux pays voisins pour faire face à la crise ont été les thèmes principaux du sommet international qui s’est déroulé mardi et mercredi à Bruxelles. Mais la question de la gestion des réfugiés et leur éventuel retour à plus long terme ont également été au cœur des discussions portées par les représentants de certains pays affectés de plein fouet par le conflit. C’est le cas notamment du Liban, qui accueille plus de 1,5 million de réfugiés, soit le tiers de sa population, en plus des 400 000 Palestiniens vivant sur son sol depuis les années 60.

Le premier ministre, Saad Hariri, en tournée européenne depuis lundi, a qualifié cette présence massive de réfugiés de «bombe à retardement» pour son pays, le plus petit de la région. En plus des blocages politiques – le pays est resté sans chef d’Etat pendant deux ans et demi – et des incidents sécuritaires, la guerre en Syrie a eu un impact profond sur le Pays du Cèdre et son économie. «Le taux de croissance est passé de 8% avant la crise à un peu plus de 1%. Depuis le début du conflit, le Liban a perdu 18 milliards de dollars. Le taux de pauvreté a atteint 30%, le chômage a doublé, atteignant les 20% sur l’ensemble de la population et 30% chez les jeunes», a martelé Saad Hariri mercredi à Bruxelles devant les représentants de 70 pays et organisations internationales.

En outre, «500 000 jeunes Syriens et Libanais sont en danger car le mécontentement social augmente (…) tandis que les tensions entre les deux communautés atteignent un niveau dangereux», a-t-il ajouté en présentant un plan d’investissement pour des projets susceptibles de créer des emplois pour les Libanais et les réfugiés. Beyrouth aurait ainsi besoin de plus de 10 milliards de dollars sur sept ans.

Le premier ministre libanais a par ailleurs évoqué la nécessité d’un éventuel retour des réfugiés dans des zones stables en Syrie. «Ces zones seraient érigées dans le cadre d’une solution politique globale au conflit sous l’égide des Nations Unies et des grandes puissances. Dans une configuration qui garantit la sécurité et les droits les plus basiques, le gouvernement libanais pourrait envisager un retour graduel des réfugiés qui vivent sur son sol», a expliqué Nadim el Mounla, conseiller du premier ministre aux affaires des déplacés. Cette revendication s’inscrit indirectement dans le cadre de pourparlers entre Washington et Moscou visant à mettre fin au conflit et à créer d’éventuelles zones sécurisées en Syrie.

Après l’attaque chimique menée mardi à Idlib et l’offensive surprise des djihadistes la semaine d’avant à Damas, considérée pourtant comme une zone sûre, ce projet ainsi que le retour des réfugiés paraissent totalement irréalistes. Ces rebondissements ont révélé au grand jour l’insécurité persistante qui règne en Syrie.

(TDG)

Créé: 05.04.2017, 20h26

Articles en relation

Attaque chimique en Syrie, la communauté internationale accuse Damas et ses alliés

Ligne rouge Cent civils sont morts intoxiqués par un gaz non identifié en Syrie. Ce raid imputé au régime de El-Assad met à mal le processus de paix. Plus...

«La population syrienne n’en peut plus»

Guerre en Syrie De passage à Genève, le chef des Casques blancs de la région de Damas est venu rappeler le lourd tribut payé par les civils. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Harcèlement: la parole des femmes se libère
Plus...