Passer au contenu principal

EquateurLenin Moreno est candidat à la présidentielle

L'ex-vice-président sera candidat à la succession de l'actuel chef de l'Etat aux prochaines élections. Il fait figure de favori.

Lenin Moreno a annoncé sa candidature à la succession de Rafael Correa. (Samedi 1er octobre 2016)
Lenin Moreno a annoncé sa candidature à la succession de Rafael Correa. (Samedi 1er octobre 2016)
AFP

Le parti au pouvoir en Equateur a désigné samedi le charismatique ex-vice-président Lenin Moreno comme candidat à la succession de l'actuel chef de l'Etat, Rafael Correa, pour les prochaines élections prévues le 19 février 2017. Il fait figure de favori pour ce scrutin.

«J'accepte», a déclaré Lenin Moreno, 63 ans, après sa désignation par le mouvement Alliance Pays (AP), qui compte à son actif une dizaine de victoires électorales consécutives depuis 2006.

«La Révolution Citoyenne va se poursuivre et nous pensons que le meilleur Equatorien pour mener la prochaine étape de ce processus politique est l'incroyable être humain Lenin Moreno Garcés», a déclaré le président socialiste devant quelque 20'000 délégués réunis dans un stade de Quito pour la Ve convention de l'AP.

Lenin Moreno, diplômé en administration publique et atteint d'une paraplégie qui le contraint à se déplacer en fauteuil roulant, a été vice-président de 2007 à 2013, dès l'accession au pouvoir de M. Correa. Connu pour sa bonne humeur et son sourire, le nouveau candidat, actuellement envoyé de l'ONU pour les personnes handicapées, fait figure de favori pour le scrutin de février.

Sondage très favorable

Il est crédité de 49% des intentions de vote, contre 16% à l'ex-banquier et opposant de droite Guillermo Lasso, qui devrait être son principal adversaire, selon un dernier sondage. L'AP, qui a été créée par Rafael Correa, compte 1,4 million de membres et se place comme la principale force politique d'Equateur, dominant même le Congrès unicaméral depuis 2013.

«C'est ma dernière convention comme président de la République. Dans la révolution, nous devons tous être nécessaires, mais personne ne doit être indispensable. Nous révolutionnaires, nous ne commençons, ni ne terminons avec un mandat public», a affirmé le chef de l'Etat. M. Correa, qui a entamé son premier mandat en janvier 2007, a été réélu deux fois depuis 2006, mais a refusé de se présenter à un troisième.

Rafael Correa, dont l'épouse est Belge et dont les deux filles aînées étudient en France, projette d'aller vivre en Europe.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.