Passer au contenu principal

La leçon de Macron à un chômeur passe mal

Le président de la République a déclenché une vive polémique sur les réseaux sociaux après avoir invité un jeune homme à changer de secteur.

Du travail dans la restauration, «je traverse la rue, je vous en trouve» : Emmanuel Macron suscitait dimanche un flot de commentaires sur les réseaux sociaux, après avoir conseillé à un jeune horticulteur au chômage de se réorienter vers ce secteur en manque de bras.

«J'ai 25 ans, j'ai beau envoyer des CV et des lettres de motivation, ça ne fait rien», a lancé samedi au président ce jeune homme, allé au palais de l'Elysée à l'occasion des journées du patrimoine. «Vous voulez travailler dans quel secteur ?», l'interroge alors M. Macron. «Horticole», lui répond son interlocuteur.

Le chef de l'Etat lui suggère alors de changer de secteur. «Si vous êtes prêt et motivé, dans l'hôtellerie, les cafés et la restauration, dans le bâtiment, il n'y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu'ils cherchent des gens. Pas un ! Hôtels, cafés, restaurants, je traverse la rue, je vous en trouve !», poursuit le président de la République en désignant d'un geste les rues alentour.

«Moi personnellement ça ne me pose pas de problèmes. Mais je donne mon CV et ils ne me rappellent jamais», répond le jeune homme. Emmanuel Macron insiste : «Vous faites une rue avec tous les cafés et les restaurants... Franchement, je suis sûr qu'il y en a un sur deux qui recrute en ce moment. Allez-y !». «Entendu, merci», dit le jeune homme tandis que le président lui serre la main.

Ce n'est pas la première fois que le chef de l'Etat répond à des chômeurs qui l'interpellent dans ses bains de foule, en insistant sur le manque de main-d'oeuvre dans certaines filières, alors que la France affiche un taux de chômage aux alentours de 9%.

Son conseil suscitait dimanche de nombreux commentaires acerbes sur les réseaux sociaux, l'accusant de méconnaître la réalité du chômage, particulièrement élevé chez les jeunes.

Depuis son élection, le président s'est vu accuser à plusieurs reprises de tenir des propos hautains, notamment quand il a évoqué le «pognon de dingue» des aides sociales, ou les «Gaulois réfractaires».

Christophe Castaner, le patron du parti présidentiel La République en marche, a vivement récusé dimanche toute volonté d'Emmanuel Macron de «maltraiter les chômeurs».

«Vous préférez la langue de bois ? (...) Moi, je préfère un président de la République qui dit la vérité», a-t-il lancé sur la radio RTL et la chaîne de télévision LCI.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.