Le patron de l'AIEA est décédé

NucléaireEn pleine crise autour du dossier iranien, l'Agence internationale de l'énergie atomique va devoir se trouver un nouveau patron après le décès de Yukiya Amano.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le diplomate Yukiya Amano dirigeait le gendarme du nucléaire mondial depuis dix ans.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a annoncé lundi le décès de son chef, sans donner de détails sur les circonstances de sa mort. Il était âgé de 72 ans et malade depuis plusieurs mois.

Le diplomate japonais dirigeait depuis 2009 cette agence de l'ONU chargée notamment du suivi des engagements de l'Iran au titre de l'accord nucléaire de 2015.

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères, a été parmi les premiers responsables internationaux à rendre hommage aux «compétences professionnelles» et à «l'habileté» de Yukiya Amano.

«Résultats concrets»

Le président russe Vladimir Poutine a dit «admirer sa sagesse et sa clairvoyance» et sa «capacité à prendre des décisions éclairées dans les circonstances les plus difficiles».

Pour la mission diplomatique américaine auprès de l'AIEA, Yukiya Amano était «très respecté en tant que dirigeant et un diplomate efficace».

Yukiya Amano accomplissait son troisième mandat qui s'achevait en novembre 2021, mais devait annoncer cette semaine son départ anticipé en mars 2020 pour raisons de santé.

Dans la lettre qu'il devait envoyer à ses collaborateurs, le diplomate se félicitait «des résultats concrets» obtenus durant son mandat «pour atteindre l'objectif concernant l'atome pour la paix et le développement», et se disait «très fier des réalisations» de l'agence, selon un communiqué de l'AIEA.

L'agence, dont le siège se trouve à Vienne, va devoir organiser sa succession alors qu'elle est mobilisée par le suivi du programme nucléaire iranien dans un contexte de montée des tensions entre Téhéran et Washington.

Menace de Téhéran

En riposte au retrait américain de l'accord nucléaire de 2015, Téhéran a commencé début juillet à s'affranchir de certaines obligations relatives à son programme nucléaire.

L'AIEA a confirmé que le pays avait dépassé plusieurs plafonds autorisés.

L'Iran espère ainsi forcer les parties restantes à l'accord - France, Allemagne, Grande-Bretagne, Chine, Russie - à l'aider à contourner les sanctions américaines rétablies par le président américain Donald Trump et qui étranglent son économie.

Téhéran a menacé de se désengager un peu plus de l'accord au terme de chaque tranche de 60 jours, sans exclure une sortie de l'accord de Vienne et du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) dont l'AIEA est le garant.

L'AIEA inspecte l'Iran

Au titre du Protocole additionnel au TNP auquel Téhéran a souscrit en 2015, l'Iran a accepté que les inspecteurs de l'AIEA contrôlent toutes ses activités nucléaires, multiplient les visites de terrain inopinées et exploitent des milliers d'images de vidéosurveillance en temps réel. Yukiya Amano avait souligné que ce régime de vérification était le plus dur au monde.

À ce stade, la république islamique n'a pas remis en cause ces inspections et ce protocole dont elle était déjà sortie en 2006.

Conformément à sa tradition, l'AIEA réaffirme régulièrement rendre des expertises techniques, sans s'avancer sur le terrain politique. Mais elle n'en est pas moins régulièrement soumise à des tentatives de pressions dans ce dossier iranien à haute portée diplomatique, notamment de la part d'Israël et des États-Unis.

La nomination du patron de l'AIEA, qui rassemble 171 États au total, est décidée par les 35 États membres du conseil des gouverneurs de l'agence, comprenant notamment les pays les plus avancés en matière de technologie nucléaire.

Élu une première fois en 2009 pour succéder à l'Égyptien Mohamed El-Baradei, Yukiya Amano avait été reconduit en novembre 2017 pour un nouveau mandat de quatre ans.

Parmi les favoris pour succéder au diplomate japonais circulent les noms du Roumain Cornel Feruta, proche collaborateur de Yukiya Amano au poste de coordinateur en chef du bureau du directeur général, et celui de Rafael Grossi, ambassadeur argentin auprès de l'AIEA.

Interrogé par l'AFP sur un risque de politisation de la désignation du successeur de Yukiya Amano, Mark Hibbs, chercheur associé au programme de politique nucléaire du centre Carnegie, estime que l'AIEA «va vouloir limiter le risque que l'élection s'aventure dans des domaines politiques», afin de rester concentrée sur ses missions techniques. (afp/nxp)

Créé: 22.07.2019, 12h52

Hommage de l'Iran

Le vice-ministre des Affaires étrangères iranien Abbas Araghchi a rendu hommage lundi au directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amato, peu après l'annonce de son décès.

«Nous avons travaillé en étroite collaboration», écrit sur Twitter M. Araghchi, qui a participé aux négociations ayant précédé la conclusion, le 14 juillet 2015, de l'accord international sur le nucléaire iranien (JCPOA, selon l'acronyme anglais).

«Je salue sa compétence et ses réalisations professionnelles» à la tête de l'AIEA, ajoute M. Araghchi, notant que sous la férule de M. Amato, l'agence avait refermé le dossier sur la «possible dimension militaire» du programme nucléaire de l'Iran.

Articles en relation

Les tensions avec Téhéran inquiètent l'AIEA

Nucléaire iranien L'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA) s'est dite «inquiète de l'augmentation des tensions» autour du programme nucléaire iranien. Plus...

Nucléaire iranien en hausse, mais sous la limite

Accord nucléaire L'AIEA a rendu son premier rapport sur les stocks iraniens d'eau lourde et d'uranium enrichi depuis que Téhéran a déclaré n'être plus tenu aux limites autorisées. Plus...

Le nucléaire toujours moins compétitif

Energie L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) rappelle qu'«un nombre considérable de réacteurs doivent être désaffectés vers 2030. Plus...

AIEA: Téhéran respecte ses engagements

Nucléaire iranien L'Agence internationale de l'énergie atomique a répété jeudi que l'Iran respectait bien ses engagements au sujet du nucléaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.