La France libère le beau-frère de Ben Ali

TunisieBelhassen Trabelsi a été remis en liberté mais il n'a pas le droit de quitter le pays. L'homme avait été mis en examen notamment pour blanchiment en bande organisée.

Le beau-frère de Ben Ali est dans l'attente d'une extradition vers la Tunisie.

Le beau-frère de Ben Ali est dans l'attente d'une extradition vers la Tunisie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Belhassen Trabelsi, beau-frère de l'ancien dictateur Zine el Abidine Ben Ali, a obtenu sa libération devant la justice française, sans pouvoir quitter la France avant l'examen d'une demande d'extradition de la Tunisie, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

«En application du droit, nous avons fait annuler le verrou extraditionnel» en vertu duquel M. Trabelsi était incarcéré, «en raison d'un problème de procédure», ont annoncé à l'AFP ses avocats Xavier Nogueras et Marcel Ceccaldi, confirmant la libération de l'homme de 56 ans, annoncée dimanche par le ministère tunisien de la Justice.

Deuxième tentative

C'est la deuxième fois que la cour d'appel d'Aix-en-Provence ordonne la remise en liberté du beau-frère de l'ancien dictateur tunisien, mis en examen en France notamment pour «blanchiment en bande organisée».

Il reste soumis à un contrôle judiciaire dans cette affaire, pour lequel il a dû verser une caution de 100'000 euros, doit pointer régulièrement au commissariat et ne peut pas quitter le territoire français, ont expliqué ses avocats.

«Force est de constater que les magistrats français n'ont pas cédé aux pressions politiques et médiatiques et ont fait application du droit» en libérant Belhassen Trabelsi, se sont-ils félicités.

La Tunisie demande l'extradition

Prochaine étape judiciaire, l'examen de la demande d'extradition formulée par la Tunisie, qui devrait avoir lieu en juin mais pour lequel la défense «n'exclut pas» désormais de demander un délai.

Dans l'attente de cette comparution «les autorités tunisiennes confirment leur pleine confiance en l'indépendance et la neutralité de la justice française pour une bonne application de la loi», a commenté le ministère tunisien de la Justice dans un communiqué.

En cavale depuis mai 2016 après avoir quitté le Canada où il s'était réfugié après la révolution tunisienne de janvier 2011, le frère de l'ex-première dame tunisienne Leila Trabelsi a été arrêté mi-mars dans le sud de la France et mis en examen pour «blanchiment en bande organisée, recel, usage et complicité de faux documents administratifs ainsi que pour entrée irrégulière d'un étranger sur le territoire national».

Incarcéré aux Baumettes à Marseille, il avait obtenu le 28 mars sa remise en liberté. Mais en vain, le parquet général d'Aix-en-Provence lui ayant signifié le lendemain un mandat d'arrêt d'un juge d'instruction de Tunis lancé le 22 février 2017.

La demande d'extradition lancée par les autorités tunisiennes invoque une série de décisions prononcées par défaut, dont trois condamnations à dix ans de prison chacune prononcées entre février 2017 et juin 2018 pour des délits financiers. Lors d'une audience, le parquet général avait accusé M. Trabelsi d'avoir «pillé des entreprises tunisiennes», aux côtés de M. Ben Ali. (afp/nxp)

Créé: 12.05.2019, 16h50

Articles en relation

La Tunisie prolonge d'un mois l'état d'urgence

Attentats de 2015 Le président tunisien a décidé de prolonger l'état d'urgence, en vigueur depuis trois ans, jusqu'au 6 décembre. Plus...

Remaniement ministériel pour «sortir de la crise»

Tunisie Le Premier ministre tunisien a annoncé lundi un remaniement du gouvernement. La présidence n'approuve pas. Plus...

Les victimes de Ben Ali se débattent avec la justice

Tunisie Les procès de la dictature entrent dans leur ultime phase. Mais les cafouillages et les obstructions se multiplient. Plus...

La Tunisie se dote d'une loi anticorruption

Tunis Cette nouvelle loi va ainsi permettre à la Tunisie de contrôler les biens acquis illégalement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...