Selon le Kremlin, seuls les «terroristes» sont visés

SyrieLe gouvernement russe affirme que les bombardement de l'armée dans la province d'Idleb ne ciblent que les «terroristes».

Donald Trump a demandé à la Syrie et à son allié russe de cesser «le bombardement infernal» d'Idleb.

Donald Trump a demandé à la Syrie et à son allié russe de cesser «le bombardement infernal» d'Idleb. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Kremlin a assuré lundi que l'armée russe ne visait que des «terroristes» dans la province d'Idleb, dernier bastion djihadiste, dans le nord-ouest de la Syrie, alors que le président américain Donald Trump a accusé la Russie et son allié Damas d'y tuer «beaucoup de civils innocents».

«A Idleb, il existe toujours une forte concentration de terroristes et de combattants qui se servent de cette concentration pour viser des cibles civiles ou se livrer à des actes d'agression contre des installations militaires russes», a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. «Les bombardements des terroristes depuis Idleb sont inacceptables et des mesures sont prises pour neutraliser ces positions d'artillerie», a poursuivi M. Peskov.

Ces déclarations interviennent après que le président américain Donald Trump a demandé à la Syrie et à son allié russe, dans la nuit de dimanche à lundi via son compte Twitter, de cesser «le bombardement infernal» d'Idleb.

«J'entends dire que la Russie, la Syrie et dans une moindre mesure l'Iran se livrent à un bombardement infernal dans la province d'Idleb en Syrie et tuent sans discrimination beaucoup de civils innocents. Le Monde observe cette boucherie. Quel est l'objectif, qu'est-ce que vous allez obtenir? ARRETEZ!», a-t-il écrit.

Escalade de la violence

Vendredi, plusieurs ONG syriennes ont dénoncé l'inaction de la communauté internationale face à l'escalade du régime syrien et de son allié russe dans la province d'Idleb, à l'origine, selon elles, de «la plus importante» vague de déplacés depuis le début du conflit.

Pour sa part, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a affirmé vendredi que près de 950 personnes, en majorité des combattants et environ un tiers de civils, ont péri en un mois dans les combats ayant fait rage à Idleb et dans ses environs.

L'escalade dans la province d'Idleb, frontalière de la Turquie, est la plus grave depuis que Moscou et Ankara, parrain de certains groupes rebelles, ont annoncé en septembre 2018 un accord sur une «zone démilitarisée» devant séparer les territoires insurgés des zones gouvernementales attenantes. (afp/nxp)

Créé: 03.06.2019, 13h30

Galerie photo

Syrie: les Etats-Unis veulent se retirer

Syrie: les Etats-Unis veulent se retirer Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni avaient déclenché en avril des frappes concertées en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad. Donald Trump veut rapatrier ses troupes.

Articles en relation

Bombardements, Trump dit «stop!»

Syrie Dimanche, le président américain a appelé la Syrie et la Russie à cesser le bombardement d'Idleb, le dernier bastion de djihadistes. Plus...

Le bilan des raids s'élève à 53 morts dont 28 enfants

Syrie Le bilan du bombardement de vendredi a augmenté après la découverte de nouveaux corps sous les décombres et la mort de plusieurs blessés. Plus...

23 civils tués dans des frappes sur Idleb

Syrie L'OSDH rapporte qu'au moins 51 soldats pro-régime et 36 djihadistes ont été tués en 24 heures en Syrie. A Idleb, 23 civils ont péri. Plus...

Al-Qaïda en Syrie appelle à défendre Idleb

Syrie Alors que les bombardements des forces de Bachar el-Assad et des Russes s'intensifient, les djihadistes continuent de lutter. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...