Kremlin: «Ankara ne neutralise pas les terroristes»

Conflits en SyrieLe porte-parole du Kremlin a dénoncé ce mercredi la Turquie pour son non-respect des accords russo-turcs pour un cessez-le-feu en Syrie.

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin.

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ankara ne respecte pas les accords russo-turcs pour un cessez-le-feu en Syrie et ne fait rien pour «neutraliser les terroristes» dans la région rebelle d'Idleb, a accusé mercredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Evoquant les accords de Sotchi conclus entre les deux pays, il a expliqué que la Turquie avait «l'obligation de neutraliser les groupes terroristes» mais que «tous ces groupes bombardent les troupes syriennes et mènent des actions agressives contre les installations militaires russes».

«Ceci est inacceptable et va à l'encontre des accords de Sotchi», a poursuivi le porte-parole de Vladimir Poutine. Il a dans le même temps dédouané les forces syriennes, qui frappent selon lui «les terroristes, et non les civils».

Le ton est monté mercredi entre Ankara et Moscou, après plusieurs jours marqués par des combats meurtriers entre forces turques et syriennes dans la province rebelle d'Idleb (nord-ouest) qui ont provoqué la mort de 14 soldats turcs dans des bombardements des forces de Bachar el-Assad, soutenues par la Russie.

Accusée de massacres

La région fait théoriquement l'objet d'un accord de «désescalade» entre Ankara et Moscou mais la Turquie y a considérablement renforcé sa présence militaire. Le régime et la Russie, de leurs côtés, ont enregistré des gains face aux groupes rebelles et djihadistes ces dernières semaines.

Adressant une rare critique à l'égard de la Russie, M. Erdogan l'a accusée mercredi de «massacres» et dénoncé pendant un discours «les promesses qui ne sont pas respectées».

Un accord conclu entre Ankara et Moscou dans la station balnéaire russe de Sotchi prévoyait la cessation des hostilités à Idleb, mais il a été violé de manière répétée jusqu'à son effondrement complet.

Sur le plan humanitaire, près de 700'000 personnes ont fui l'offensive militaire lancée en décembre par le régime et son allié russe dans la région d'Idleb. Le conflit en Syrie a lui fait plus de 380'000 morts et des millions de réfugiés depuis son déclenchement en 2011. (AFP/nxp)

Créé: 12.02.2020, 12h51

Articles en relation

Erdogan menace de frapper le régime syrien «partout»

Syrie Le président turc veut frapper le régime syrien en cas de nouvelles attaques contre les forces d'Ankara. Erdogan s'en prend aussi à la Russie. Plus...

Erdogan: «Le régime syrien paiera très cher»

Turquie Le président turc a mis en garde la Syrie ce mardi sur toute nouvelle attaque contre ses forces dans le nord-ouest de la Syrie. Plus...

Le régime reprend un tronçon crucial

Syrie Mardi, une portion d'autoroute a été reprise par les forces du régime en place, en Syrie. Plus...

Ankara aurait «neutralisé» 101 soldats syriens

Syrie Le ministère turc de la Défense a affirmé ce lundi que trois chars et deux canons syriens avaient été détruits par les bombardements turcs. Plus...

Erdogan menace le régime de Bachar el-Assad

Turquie Le président turc a ordonné ce mercredi au régime de retirer ses forces près de postes d'observation construits par Ankara dans le nord-ouest de la Syrie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...