Kerry accuse la droite de ne pas vouloir la paix

IsraëlLe secrétaire d'Etat américain accuse la droite israélienne de soutenir la colonisation et de faire ainsi «obstacle» à la paix.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le secrétaire d'Etat américain sortant John Kerry a accusé dimanche la droite israélienne du gouvernement de Benjamin Netanyahu de soutenir la colonisation dans les Territoires palestiniens et de faire ainsi «obstacle» à la paix et à une solution à deux Etats.

Le chef de la diplomatie américaine, qui quittera le pouvoir le 20 janvier avec l'administration du président Barack Obama, a lancé devant l'institut Brookings une charge vigoureuse contre la droite au pouvoir en Israël, dressant un constat d'échec du processus de paix israélo-palestinien au point mort deux ans et demi.

«Il n'y a pas de statu quo. C'est de pire en pire. Ca va dans la mauvaise direction», a mis en garde John Kerry devant le Forum Saban de l'institut Brookings, une réunion annuelle d'experts sur les relations entre les Etats-Unis et Israël.

Le secrétaire d'Etat s'était impliqué en vain entre juillet 2013 et avril 2014 comme médiateur d'un processus de dialogue entre Israël et les Palestiniens.

Les colonies, obstacles à la paix

Dimanche, il s'en est pris à la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens, que Washington considère depuis longtemps comme «illégitime» et comme le principal obstacle à la paix. «Je ne suis pas ici pour vous dire que les colonies sont la raison du conflit. Non, elles ne le sont pas», a d'abord tempéré John Kerry.

«Mais je ne peux pas accepter l'idée qu'elles n'affectent pas le processus de paix, qu'elles ne sont pas un obstacle à la possibilité de faire la paix. Et je vais vous dire pourquoi je le sais: parce que la gauche en Israël dit à tout le monde qu'elles sont un obstacle à la paix et parce que la droite les soutient car elle ne veut pas la paix», a tonné le chef de la diplomatie américaine.

Il a dénoncé le fait que les partisans de la droite israélienne «croyaient en un plus grand Israël» et qu'«ils voulaient bloquer la paix parce qu'ils voulaient que (les colonies en Cisjordanie) appartiennent à Israël. C'est l'histoire du mouvement des colons».

Un texte polémique

John Kerry a déploré que «plus de 50% des ministres du gouvernement (israélien) actuel aient publiquement exprimé leur opposition à un Etat palestinien et déclaré qu'il n'y aurait pas d'Etat palestinien». «Des déclarations profondément troublantes», a protesté le ministre américain.

Les parlementaires israéliens doivent examiner en première lecture un texte qui légaliserait quelque 4000 logements israéliens construits en Cisjordanie, territoire palestinien qu'Israël occupe depuis 1967 et sur la majorité duquel il impose sa loi. Cet examen a été reporté le 30 novembre d'une semaine.

Une bonne partie de la communauté internationale, dont les Etats-Unis, redoute que le texte ne complique encore davantage la recherche de la paix entre Israéliens et Palestiniens.

(afp/nxp)

Créé: 05.12.2016, 00h05

Articles en relation

Scandale: des sous-marins aux relents iraniens

Israël Israël a commandé du matériel d'espionnage à une société allemande. Problème: une compagnie iranienne détient 4,5 % de cette entreprise. Plus...

L'épouse de Netanyahou interrogée par la police

Israël Elle était questionnée à propos de l'utilisation présumée par le couple de fonds publics à des fins privées. Plus...

Suisse et Israël échangeront des renseignements

Fiscalité Les deux pays entendent collecter des données bancaires à partir de 2018 et les échanger à partir de 2019. Plus...

Palestiniens en renfort pour vaincre les flammes

Israël Les flammes se sont propagées durant la nuit de vendredi à samedi vers des colonies occupées par l'Etat hébreu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...