La justice va remettre Alexandre Djouhri à la France

Royaume-Uni«L'agent trouble» français, au cœur du financement libyen présumé lié à Nicolas Sarkozy, et qui avait ses bases arrières à Chêne-Bougeries (GE), sera remis aux autorités hexagonales.

Alexandre Djouhri.

Alexandre Djouhri. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après deux ans de bataille judiciaire, la justice britannique va remettre à la France l'homme d'affaires français Alexandre Djouhri, résident suisse et protagoniste clé de l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Une cour britannique a confirmé mercredi la décision, rendue en février 2019 par le tribunal de Westminster, de remettre Alexandre Djouhri aux magistrats anticorruption français, a appris l'AFP auprès du parquet national financier et de source judiciaire britannique, confirmant une information de «Marianne».

L'homme d'affaires franco-algérien avait été arrêté en janvier 2018 à l'aéroport de Londres, en vertu d'un mandat d'arrêt européen émis par la justice française, notamment pour «détournements de fonds publics» et «corruption».

Selon les textes européens, la justice britannique a dix jours pour exécuter cette décision qui n'est pas susceptible de recours, a précisé une source judiciaire. Ce délai peut être toutefois prorogé de dix jours pour des raisons exceptionnelles.

Alexandre Djouhri, 60 ans, est très attendu par les juges d'instruction français qui souhaitent le mettre en examen, les investigations ayant mis au jour plusieurs flux financiers suspects l'impliquant dans cette affaire.

Peinture flamande

Le nom de ce proche de l'ancien premier ministre Dominique de Villepin puis de Claude Guéant, ex-ministre de Nicolas Sarkozy, est notamment apparu dans l'enquête pour la vente en 2009 d'une villa située à Mougins, sur la Côte-d'Azur, à un fonds libyen géré par Bachir Saleh, ancien dignitaire du régime de Kadhafi.

Il est soupçonné d'en avoir été, derrière plusieurs prête-noms, le véritable propriétaire et de l'avoir cédée à un prix surévalué, permettant de dissimuler d'éventuels versements occultes.

«C'est l'imaginaire et la machination, j'ai jamais eu de villa en prête-nom et j'ai jamais vendu de villa à Bachir Saleh», s'était-il défendu en mars dernier sur LCI.

Lors d'une perquisition à son domicile à Genève en mars 2015, la découverte d'un RIB au nom de Claude Guéant avait aussi intrigué les magistrats.

Ceux-ci soupçonnent le bras droit de Nicolas Sarkozy d'avoir reçu 500'000 euros (environ 535'000 francs suisses) pour rétribuer diverses interventions en faveur d'Alexandre Djouhri, notamment auprès d'EADS (devenu Airbus group) à qui l'homme d'affaires aurait réclamé plusieurs millions d'euros de commission pour une vente d'avions à la Libye.

Claude Guéant a toujours soutenu que cette somme était le fruit de la vente de deux tableaux de peinture flamande.

1,13 million d'euros de caution

Mais les enquêteurs français n'arrivaient pas à auditionner l'insaisissable «Monsieur Alexandre», son surnom dans le milieu politique, qui évitait la France depuis 2015.

Les magistrats ont donc décidé d'émettre un premier mandat d'arrêt en décembre 2017, complété par de nouvelles charges contre lui en février 2018, après son arrestation. Mais Alexandre Djouhri, qui a dénoncé plusieurs fois une justice «politique» et une «persécution», en conteste la validité.

Sa défense avance que la loi helvétique ne contraignait pas ce résident suisse à se rendre en France. Et que les convocations informelles des enquêteurs, par e-mail et par téléphone en juillet 2016, n'ont pas respecté la procédure française.

«Ils ont fait une perquisition (à son domicile, ndlr), ils n'ont absolument rien trouvé donc ils ont inventé une fuite pour pouvoir m'arrêter à Londres», avait-il déclaré à la sortie du tribunal en février 2019.

Hospitalisé après une série d'accidents cardiaques, il avait été assigné à résidence dans la capitale britannique, après avoir payé 1,13 million d'euros (environ 1,21 million de francs suisses) de caution.

Recours examinés en mars

Ses recours contre les mandats doivent être examinés le 19 mars par la cour d'appel de Paris, en même temps que des requêtes en nullité déposées par Nicolas Sarkozy, ses anciens ministres Claude Guéant, Eric Woerth et Brice Hortefeux, tous mis en examen sauf ce dernier.

Témoignages de dignitaires libyens, notes des services secrets de Tripoli, accusations d'un intermédiaire... Après six ans de travail, une somme d'indices troublants ont donné corps à la thèse d'un financement, par le régime de Kadhafi, de la campagne présidentielle victorieuse de Nicolas Sarkozy.

Mais aucune preuve matérielle n'a été retrouvée, même si des mouvements de fonds suspects ont conduit à huit mises en examen à ce jour. (afp/nxp)

Créé: 23.01.2020, 18h05

Articles en relation

Le sulfureux Alexandre Djouhri est mis aux poursuites à Genève

Feuille d'Avis L'intermédiaire franco-algérien au cœur de scandales d'État en France n'a pas payé ses loyers ce printemps. Plus...

De Sarcelles à Genève, l’incroyable parcours d’un «agent trouble» français

Justice Fils d’immigré, ancien truand, Alexandre Djouhri s’est ouvert toutes les portes du pouvoir dans l’Hexagone. Un livre retrace son ascension dans la zone grise où se mélangent affaires et politique. Plus...

Alexandre Djouhri sera extradé vers la France

Affaire Sarkozy Alexandre Djouhri est un protagoniste clé de l'enquête française sur le financement libyen présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Plus...

Alexandre Djouhri au cœur des circuits de financements libyens

Mise en examen de Nicolas Sarkozy Le contenu des documents saisis à Genève en 2015, au domicile de l’homme d’affaires franco-algérien, a contribué à éclairer les enquêteurs. Plus...

Un proche de Sarkozy remis en détention

Angleterre Personnage-clé dans l'enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy, Alexandre Djouhri est en détention provisoire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...