Juncker défend la Loi travail en France

FrancePour le dirigeant européen, ce n'est «pas un attentat contre le droit du travail».

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, au congrès de l'association des maires de France, le 31 mai 2016.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, au congrès de l'association des maires de France, le 31 mai 2016. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La loi travail n'est «pas un attentat contre le droit du travail», a estimé mardi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, qui a plaidé pour le maintien de son très contesté article 2.

«Ce n'est tout de même pas une réforme monstre» et «pas un attentat contre le droit du travail français», a-t-il déclaré lors d'un déjeuner organisé à Paris par l'Association de la presse présidentielle (APP) française.

«Le projet de loi tel qu'il est conçu, à condition que l'article 2 (sur la primauté des accords d'entreprises, NDLR) arrive à survivre, est une réforme qui va dans le bon sens», a-t-il ajouté.

Rigidités

Disant connaître «trop bien la France pour être surpris par la réaction» suscitée par ce projet, Jean-Claude Juncker a confié avoir «suivi toutes les évolutions du droit du travail français» depuis des décennies, même s'«il faut dire qu'il n'y en avait pas beaucoup».

Ainsi, pour Jean-Claude Juncker, «qu'on élimine un certain nombre de rigidités semble être un geste législatif approprié».

«Il faudrait bien que la France le fasse», a-t-il enchaîné, se disant «impressionné par le fait que tous les États membres de l'Union européenne ou presque, et surtout de la zone euro, ont su corriger vers le bas les niveaux de chômage».

«Tel n'est pas le cas en France», a-t-il en revanche noté.

«Arrivant à Paris, je dois tout de même dire: il faut savoir arrêter une grève», a-t-il poursuivi, avant d'assurer qu'il ne s'agissait pas «de donner une connotation d'actualité à des propos qui datent de plus loin», en l'espèce Maurice Thorez et le Front populaire.

(afp/nxp)

Créé: 01.06.2016, 00h20

Articles en relation

Objectifs de réformes «pratiquement atteints»

Grèce Dans une interview, Jean-Claude Juncker salue le travail d'Athènes. Un aménagement de dette pourrait être étudié lundi. Plus...

«Brexit»: Juncker «assez confiant»

Le président de la Commission européenne s'est dit «assez confiant» sur la perspective de parvenir à un accord des 28 sur les réformes demandées par David Cameron. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...