Passer au contenu principal

Italie: un discours de haine raciale s'est immiscé

Pendant les trois dernières semaines de la campagne électorale en Italie, 787 messages de haine ont été repérés sur les comptes des candidats, selon Amnesty. C'est plus d'un par heure.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
Keystone

Du 8 février au 2 mars, plus de 600 militants d'Amnesty ont scruté les comptes Facebook et Twitter de 1419 candidats aux élections législatives et régionales du 4 mars pour établir un «baromètre de la haine». Ils ont noté les usages de stéréotypes et les messages insultants, racistes, discriminatoires ou, dans 7% des cas, incitant directement à la violence, en les distinguant selon le niveau d'intensité exprimé.

Alors que l'immigration a été un thème central de la campagne, 91% des messages dénoncés visaient les migrants, qualifiés indistinctement de «clandestins», «étrangers» mais aussi «animaux» ou «vermine». Loin derrière, 11% des messages dénoncés exprimaient un sentiment islamophobe, 6% visaient les personnes LGBTI et 5% les Roms. En outre, un tiers des messages dénoncés véhiculaient des informations fausses ou des données modifiées.

La Ligue d'abord

Au total, 43% des messages dénoncés ont été écrits par des chefs de partis. Mais la liste d'Amnesty compte 129 candidats différents, dont 77 ont été élus. La Ligue (extrême droite) se taille la part du lion avec 51% des messages dénoncés, devant ses partenaires de la coalition de droite Fratelli d'Italia (extrême droite, 27%) et Forza Italia (droite, 13%), les petites formations néofascistes Casa Pound (4%) et L'Italie aux Italiens (3%) et le Mouvement 5 étoiles (antisystème, 2%).

«Nous nous en doutions, et nous en avons eu la confirmation. Le discours de haine s'est introduit aussi en Italie», a déclaré dans un communiqué Gianni Rufini, directeur d'Amnesty International Italie. «C'est impressionnant de voir que tant de personnes concourant pour un rôle institutionnel ont utilisé un discours manifestement discriminatoire et de haine pendant la campagne», a-t-il estimé. Il a mis en garde contre «un risque de normalisation de la haine».

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.