Passer au contenu principal

Italie: près de 1000 morts, pire bilan en 24 heures

Le nombre total de décès s'élève désormais à 9134 dans ce pays qui n'a pas encore atteint le pic de la pandémie du Covid-19.

La région la plus touchée reste la Lombardie avec plus de la moitié des décès enregistré dans le pays.
La région la plus touchée reste la Lombardie avec plus de la moitié des décès enregistré dans le pays.
AFP

L'Italie a annoncé vendredi une hausse record de près de 1000 morts du coronavirus en 24 heures, un bilan qu'aucun pays au monde n'avait atteint jusqu'à présent, selon des données officielles de la Protection civile.

Le nombre total de décès s'élève désormais à 9134, en hausse de 969 par rapport à jeudi. La contagion continue toutefois de ralentir, avec une hausse de 7,4% du total des cas positifs (86'498), le plus faible taux depuis le début de la pandémie en Italie il y a plus d'un mois. Le précédent record du nombre de morts avait déjà été enregistré en Italie, le 21 mars (793).

La région la plus touchée reste la Lombardie avec plus de la moitié des décès enregistré dans le pays, 5402 morts pour 37'298 cas, suivie par l'Emilie-Romagne, 1267 morts pour 11'588 cas.

Pic pas encore atteint

«C'est une pandémie sans précédent, qui frappe les pays les plus forts au monde et qui adoptent progressivement les mesures que l'Italie a déployées depuis un certain temps», a déclaré Domenico Arcuri, le commissaire du gouvernement chargé de la crise coronavirus. Dans la matinée déjà, l'Institut supérieur de la santé (ISS) avait prévenu que le pic de la pandémie n'était toujours pas atteint dans la péninsule et qu'il pourrait l'être dans les prochains jours.

«Je veux être clair sur un point. Nous n'avons pas atteint le pic, nous ne l'avons pas dépassé. Nous avons des signaux de ralentissement (du nombre de cas, ndlr) ce qui nous fait croire que nous en sommes proches, nous pourrions arriver au pic ces jours-ci», a déclaré devant la presse Silvio Brusaferro, le patron de l'ISS.

Relevant que «les mesures adoptées», comme le confinement des Italiens ou l'arrêt des activités dans tous les domaines non essentiels, «produisent leur effet», M. Brusaferro a tenu à souligner que «la croissance» du nombre de nouveaux cas «est en train de ralentir, mais ça ne baisse pas».

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.