Israël a écouté les pourparlers avec l’Iran

GenèveDes cyberespions ont percé le secret des négociations. Un établissement genevois était parmi les cibles et a été perquisitionné.

A Genève, l’Intercontinental ou le Président Wilson auraient été la cible des cyberespions avec le virus baptisé Duqu 2.0.

A Genève, l’Intercontinental ou le Président Wilson auraient été la cible des cyberespions avec le virus baptisé Duqu 2.0. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des cyberattaques attribuées à Israël ont forcé les portes virtuelles de grands hôtels en Suisse, Autriche et Allemagne lorsqu’ils accueillaient les négociations sur le nucléaire iranien. Dans le cadre d’une procédure pénale ouverte par le Ministère public de la Confédération sur «une activité interdite d’un service de renseignements étranger», un grand hôtel de Genève (ndlr: l’Intercontinental ou le Président Wilson) a été perquisitionné et du matériel informatique saisi le 12 mai, selon l’ATS. Le Beau-Rivage à Lausanne et le Royal Plaza à Montreux pourraient aussi avoir été hackés. Leurs directions, comme celle de l’Intercontinental, n’ont pas confirmé.

C’est la société de sécurité informatique Kaspersky Lab – elle-même attaquée – qui a découvert et révélé cette opération, à l’issue d’une enquête sur un virus d’une sophistication inédite. Recherchant quelles étaient les autres victimes du logiciel espion, Kaspersky a contrôlé des millions d’ordinateurs dans le monde. Trois hôtels de luxe avaient eux aussi été visés. Une vérification sur des milliers d’autres établissements hôteliers démontrait qu’ils étaient les seuls. Quel point commun entre ces trois hôtels? Ils avaient tous accueilli des rounds de pourparlers sur le nucléaire iranien!

Selon le Wall Street Journal, cette infiltration aurait permis aux cyberespions d’accéder aux images des caméras de surveillance, aux micros des ascenseurs et ordinateurs, aux conversations téléphoniques et au réseau Wi-Fi. Les cyber­espions ont aussi écouté les conversations et volé les messages électroniques de membres des délégations diplomatiques.

L’élaboration du virus baptisé Duqu 2.0 «a nécessité des milliers d’heures de travail d’esprits brillants et malintentionnés, ce qui veut dire que des millions de dollars ont été investis», souligne Eugène Kaspersky, expert réputé et patron de la société qui porte son nom, dans une contribution sur le site Web du magazine Forbes. Pour lui, il ne fait aucun doute qu’un Etat est derrière cette attaque. Mais lequel? «Duqu 2.0 n’a pu être mis au point sans une connaissance du code source de son prédécesseur, Duqu, qui ciblait déjà le nucléaire iranien», explique Stefan Rojacher, chef de la communication de l’entreprise russe, interrogé par 24 heures . «Dugu 2.0 utilise 113 modules d’infection. Aucune autre «menace permanente avancée» (APT) connue n’utilise autant d’outils», précise-t-il encore. Le virus Duqu est aussi apparenté à Stuxnet, le ver informatique élaboré par Israël et les Etats-Unis pour ralentir le processus d’enrichissement de l’uranium en Iran.

Pour les services de renseignements israéliens, la menace nucléaire iranienne est en effet une cible prioritaire. Des faits d’espionnage israélien avaient été révélés l’an dernier par Washington. La Maison-Blanche avait d’ailleurs prévenu: si le premier ministre de l’Etat hébreu révélait des secrets sur les négociations avec l’Iran, ce serait perçu comme une «confiance trahie». Les autorités israéliennes ont pour leur part démenti avoir espionné les Etats-Unis et leurs alliés, et se sont refusées à tout commentaire concernant le virus Duqu 2.0. (TDG)

Créé: 12.06.2015, 07h49

Articles en relation

La NSA s'invite dans le débat sur l'espionnage suisse

Renseignement Berne ne s’exprime pas sur le piratage par l’Allemagne des communications suisses pour le compte de la NSA. Plus...

Première enquête ouverte sur l'espionnage américain à Genève

Sécurité nationale Le Conseil fédéral doit encore donner son aval pour que le procureur de la Confédération puisse poursuivre ses investigations. Plus...

Genève abrite une puissante station de la NSA

Espionnage La mission américaine de l'ONU compte, outre ses diplomates, des antennes de la CIA et de la NSA. Elle y emploie également des techniciens chargés d'intercepter de multiples formes de conversation. Plus...

Articles en relation

Pari difficile à tenir pour Kerry et Zarif

Nucléaire iranien Les négociations piétinent toujours. Une rencontre a lieu ce samedi à Genève entre Américains et Iraniens. Plus...

Embûches sur la voie du réchauffement entre Téhéran et Washington

Iran Le procès d’un journaliste américano-iranien s’est ouvert hier en Iran. Le pion probable des luttes de pouvoir à Téhéran. Plus...

Le Congrès des Etats-Unis va contrôler Obama sur l’Iran

Accord sur le nucléaire Une loi approuvée jeudi permet aux parlementaires de refuser, sous certaines conditions, un accord sur le nucléaire iranien Plus...

Un accord «historique» a été conclu à Lausanne

Nucléaire iranien Après de longues négociations, les puissances internationales et l’Iran ont approuvé des points clés en vue d’un accord final Plus...

Nucléaire iranien: branle-bas de combat à l'EPFL

Diplomatie Les mesures de sécurité autour du Learning Center ont été renforcées cet après-midi, alors que l'annonce d'un accord semble imminente. Plus...

Caricatures

Etude: les Suisses champions du monde pour restituer un portefeuille perdu
Plus...