Passer au contenu principal

Israël a écouté les pourparlers avec l’Iran

Des cyberespions ont percé le secret des négociations. Un établissement genevois était parmi les cibles et a été perquisitionné.

A Genève, l’Intercontinental ou le Président Wilson auraient été la cible des cyberespions avec le virus baptisé Duqu 2.0.
A Genève, l’Intercontinental ou le Président Wilson auraient été la cible des cyberespions avec le virus baptisé Duqu 2.0.
Reuters

Des cyberattaques attribuées à Israël ont forcé les portes virtuelles de grands hôtels en Suisse, Autriche et Allemagne lorsqu’ils accueillaient les négociations sur le nucléaire iranien. Dans le cadre d’une procédure pénale ouverte par le Ministère public de la Confédération sur «une activité interdite d’un service de renseignements étranger», un grand hôtel de Genève (ndlr: l’Intercontinental ou le Président Wilson) a été perquisitionné et du matériel informatique saisi le 12 mai, selon l’ATS. Le Beau-Rivage à Lausanne et le Royal Plaza à Montreux pourraient aussi avoir été hackés. Leurs directions, comme celle de l’Intercontinental, n’ont pas confirmé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.