L'Iran «confisque» un tanker britannique

Détroit d'OrmuzLes Gardiens de la Révolution ont intercepté vendredi deux pétroliers, un britannique et un libérien. Ce dernier a été relâché.

Le propriétaire du pétrolier britannique confirme avoir perdu le contact avec lui après une «attaque».

Le propriétaire du pétrolier britannique confirme avoir perdu le contact avec lui après une «attaque». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La tension est encore montée d'un cran vendredi dans la région du Golfe où l'Iran dit avoir «confisqué» un pétrolier battant pavillon britannique dans le détroit d'Ormuz après une polémique avec Washington à propos d'un drone «iranien» que les USA disent avoir abattu. Par le détroit d'Ormuz transite le tiers du pétrole acheminé par voie maritime sur la planète. Les Etats-Unis ont dénoncé une «surenchère de la violence».

Londres s'est dit pour sa part «extrêmement préoccupé», parlant de «la saisie inacceptable» de «deux navires» par l'Iran. Il s'agit d'un bâtiment britannique, le Stena Impero, et d'un autre« battant pavillon libérien», le Mesdar, a précisé le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt. L'Iran n'a parlé que d'un seul navire.

Le propriétaire britannique du deuxième pétrolier arraisonné, le Mesdar, a annoncé dans la soirée que ce navire avait été relâché. «Les communications ont été rétablies avec le navire. Le commandant a confirmé que les gardes armés l'avaient quitté et que le navire était libre de poursuivre sa route. Tous les membres de l'équipage sont sains et saufs», a expliqué la compagnie Norbulk Shipping dans un communiqué.

Immobilisation du Grace 1

Après l'annonce iranienne, les prix du pétrole ont terminé en légère hausse vendredi, après plusieurs jours de baisse. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre s'est établi à 62,47 dollars à Londres, en hausse de 0,87% ou 54 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Le Stena Impero a été arraisonné vendredi par la force navale des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, pour «non respect du code maritime international», selon un communiqué officiel. L'annonce de cette saisie survient quelques heures après que la décision de la Cour suprême de Gibraltar de prolonger pour 30 jours l'immobilisation d'un pétrolier iranien, le Grace 1.

«La promesse du guide»

Le navire avait été arraisonné le 4 juillet par les autorités de Gibraltar, territoire situé à l'extrême sud de l'Espagne, qui le soupçonnaient de livrer du brut à la Syrie en violation des sanctions de l'Union européenne contre Damas. Téhéran nie cette accusation et dénonce un acte de «piraterie».

Mardi, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei avait déclaré que l'Iran répondrait «au moment et à l'endroit opportuns» à cet acte de «malveillance». Sur son canal Telegram, l'agence semi-officielle Isna a publié une vidéo des propos d'Ali Khamenei avec ce commentaire : «La promesse du guide de la Révolution s'est réalisée aujourd'hui». Un navire-citerne battant pavillon panaméen, le Riah, avait déjà été arraisonné le 14 juillet dans le détroit d'Ormuz, selon les Gardiens.

Attaqué par «de petits bateaux»

Propriétaire du premier navire «confisqué» vendredi, la compagnie suédoise Stena Bulk a indiqué avoir perdu le contact avec le pétrolier Stena Impero après que celui-ci a «été attaqué par de petits bateaux et un hélicoptère non identifiés en transitant par le détroit d'Ormuz dans les eaux internationales».

Les Etats-Unis ont été «informés» des événements et «travailleront avec le Royaume-Uni» à ce sujet, a assuré le président américain Donald Trump. Ce dernier avait rejeté plus tôt les dénégations de Téhéran sur la destruction d'un drone iranien au dessus du détroit d'Ormuz, assurant n'avoir «aucun doute» sur le fait que le porte-hélicoptère USS Boxer avait abattu la veille un appareil sans pilote iranien dans le détroit d'Ormuz.

Un responsable américain a indiqué sous couvert de l'anonymat que les Etats-Unis disposaient de «preuves claires» de la destruction du drone iranien, évoquant une possible vidéo, mais le Pentagone n'avait pas confirmé vendredi en milieu de journée l'existence d'images vidéo prouvant la destruction du drone.

La nature de «l'action défensive» entreprise par l'USS Boxer n'a pas été précisée, mais l'US Navy est équipée de brouilleurs puissants, capables d'intercepter à distance les communications entre un appareil ennemi et ceux qui le contrôlent, et de le mettre ainsi hors d'usage. La neutralisation du drone sans usage de missile pourrait expliquer l'absence de vidéo américaine, explique-t-on au Pentagone.

«Allégations délirantes»

Le général de brigade et porte-parole des forces armées iraniennes Abdolfazl Shékarchi a qualifié d'«allégations délirantes et sans fondement» les affirmations américaines. Les Gardiens de la révolution ont publié des images réfutant d'après eux les affirmations américaines.

La vidéo montre des images apparemment tournées à partir d'un drone volant à haute altitude et zoomant sur un convoi de cinq navires présenté comme celui du Boxer en train de passer le détroit d'Ormuz vers le Golfe jeudi. La région du Golfe et du détroit d'Ormuz est depuis plus de deux mois au coeur de vives tensions géopolitiques, sur fond de bras de fer entre l'Iran et les Etats-Unis, qui y ont renforcé leur déploiement militaire. (ats/nxp)

Créé: 19.07.2019, 22h46

L'Arabie saoudite va accueillir des soldats américains

L'Arabie saoudite a décidé vendredi d'accueillir des forces américaines sur son sol. Les deux pays sont désireux de faire «tout ce qui pourrait préserver la sécurité dans la région et sa stabilité», après de nouveaux incidents dans le Golfe et la «confiscation» d'un pétrolier britannique par l'Iran.

Articles en relation

Les drones iraniens «sont bien rentrés à leur base»

Moyen-Orient Le porte-parole des forces armées de l'Iran a déclaré que tous les appareils sans pilote étaient de retour, démentant les affirmations de Trump. Plus...

L'Iran appelle Londres à relâcher son pétrolier

Gibraltar Gibraltar a prolongé vendredi de 14 jours l'immobilisation d'un pétrolier iranien et affirme agir de son propre chef tandis que Téhéran accuse Washington. Plus...

L'Iran enrichira l'uranium «autant que nécessaire»

Nucléaire Téhéran a annoncé qu'il allait enrichir l'uranium à un degré prohibé par l'accord international sur son programme nucléaire. Plus...

«Nous appelons l'Iran à ne pas céder à l'émotion»

Accord nucléaire Après le dépassement des limites d'uranium par Téhéran lundi, les pays de l'accord de 2015 appellent à la retenue et au respect des engagements. Plus...

Ryad accepte d'accueillir les forces américaines

Arabie Saoudite L'Arabie Saoudite a autorisé, pour la première fois depuis 2003, les forces américaines à stationner sur son sol. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.