Passer au contenu principal

Irak: au moins 22 morts dans une vague d'attentats

Une vague d'attaques a frappé le pays lundi faisant au moins 22 morts et des dizaines de blessés, en pleine crise politique dans le pays accentuée par des manifestations hostiles au gouvernement dominé par les chiites.

Un taxi à Bagdad après les attentats qui ont frappé l'Irak, le 31 décembre 2012.
Un taxi à Bagdad après les attentats qui ont frappé l'Irak, le 31 décembre 2012.
AFP

La quinzaine d'attaques qui ont visé des pèlerins chiites et la police n'ont pas été revendiquées dans l'immédiat, mais les groupes extrémistes sunnites comme Al-Qaïda s'en prennent régulièrement aux forces de sécurité pour tenter de déstabiliser le gouvernement, de même qu'aux pèlerins chiites.

13 villes

Elles ont été menées dans 13 villes avec des bombes, des voitures piégées et des obus, notamment dans les provinces de Kirkouk et Diyala, au nord de Bagdad et dans celle de Babylone, plus au sud, ont précisé des responsables de la Sécurité.

Pèlerins chiites

Au moins 22 personnes y ont été tuées et 83 blessées, selon un dernier bilan fourni par des sources médicales. La plupart des attaques ont visé des pèlerins chiites avant le début cette semaine des célébrations de l'Arbaïn, marquant le 40e jour de deuil après la mort de Hussein, fils d'Ali et petit-fils du prophète Mahomet tué en 680, une personnalité vénérée par les chiites.

Dans l'attaque la plus meurtrière, sept personnes, dont trois femmes et deux enfants, ont péri dans l'explosion de trois maisons à Moussayeb au sud de Bagdad, selon un officier de police et un médecin.

Les victimes ont été apparemment visées en raison de leur appartenance à la communauté chiite, majoritaire en Irak, ont-ils indiqué.

Au sud de Bagdad, des pèlerins chiites qui se rendaient dans la ville sainte de Kerbala pour les célébrations, ont été la cible d'une attaque aux obus. Un pèlerin a été tué et 9 blessés. A Diyala, 19 personnes ont été blessées, dont dix pèlerins en route aussi pour Kerbala.

Voiture piégée

A Hilla, chef-lieu de la province de Babylone, une voiture piégée a explosé devant les bureaux du gouverneur provincial au moment où il y arrivait, tuant deux personnes et blessant 19. Le gouverneur en est sorti indemne, selon des responsables. «J'ai vu un énorme incendie et j'ai entendu une forte explosion», a dit un témoin, Kazem Jawad. «Des magasins près de l'explosion étaient fortement endommagés et un homme couvert de sang gisait par terre».

Les attaques dans Bagdad et au nord de la capitale ont fait 12 morts. Les autorités ont bouclé le secteur de Kerrada à Bagdad, visé par un attentat suicide à la voiture piégée, empêchant les journalistes de s'y approcher.

Les forces de sécurité ont aussi déploré des morts, notamment dans les régions de Kirkouk et Mossoul (nord), où huit policiers ont été tués.

Tensions

Les violences surviennent sur fond de tensions grandissantes entre M. Maliki, accusé depuis des mois par ses détracteurs d'accaparer le pouvoir, et le bloc Iraqiya, une formation laïque soutenue par les sunnites, membre de la fragile coalition gouvernementale.

Le gouvernement a appelé lundi à la fin des manifestations, jugées illégales, contre M. Maliki dans plusieurs provinces à majorité sunnite, et appelé les fonctionnaires du nord du pays à ignorer des appels à la grève générale.

Ces mouvements de protestation font suite à l'arrestation pour «terrorisme» le 20 décembre d'au moins neuf gardes du ministre des Finances Rifaa al-Issawi, un sunnite membre d'Iraqiya qui a ensuite réclamé la démission de M. Maliki.

Pour protester contre M. Maliki, des habitants de Ramadi, dans la province à majorité sunnite d'Al-Anbar (ouest), continuent de bloquer une autoroute reliant Bagdad à la Jordanie voisine.

Les attentats restent très fréquents en Irak même s'ils ont nettement diminué depuis le pic des années 2006 et 2007 marquées par des violences confessionnelles particulièrement meurtrières.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.