Ingérence russe: le parti démocrate porte plainte

Etats-UnisLe Parti démocrate accuse l'équipe de campagne de Donald Trump d'avoir conspiré pour fragiliser la candidature de Hillary Clinton.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parti démocrate américain a porté plainte vendredi contre de hauts responsables de l'équipe de campagne de Donald Trump, la Russie et WikiLeaks en les accusant d'avoir conspiré pour faire pencher l'élection présidentielle de 2016 en faveur de l'actuel président.

Cette plainte au civil déposée auprès d'une cour fédérale à Manhattan par le Comité national démocrate (DNC) accuse la Russie d'avoir informé l'équipe de campagne de M. Trump qu'elle avait mené une cyberattaque contre le DNC, menant ainsi à la révélation d'informations préjudiciables pour la rivale de M. Trump, la démocrate Hillary Clinton.

La plainte assure qu'un proche conseiller de M. Trump, Roger Stone, semblait avoir «une connaissance avancée» des projets du groupe WikiLeaks de diffuser une partie de ces informations, participant ainsi à ce que le texte qualifie de vaste complot pour influencer l'élection.

La plainte vise l'équipe de campagne de Donald Trump --dont de hauts responsables comme Paul Manafort--, son fils Donald Trump Jr, son gendre Jared Kushner, le gouvernement russe (y compris son agence de renseignement militaire), et enfin WikiLeaks et son fondateur Julian Assange.

«Pendant la campagne présidentielle de 2016, la Russie a lancé une attaque contre notre démocratie, et elle a trouvé dans l'équipe de campagne de Donald Trump un partenaire actif et enthousiaste», a déclaré dans un communiqué le patron du DNC, Tom Perez.

«Ce fut un acte de trahison sans précédent: l'équipe de campagne d'un candidat à la présidence des Etats-Unis liguée à une puissance étrangère hostile pour multiplier ses chances de remporter la présidence», a-t-il accusé.

Cette plainte est déposée au moment où M. Trump fait face à une nouvelle tourmente: le FBI a perquisitionné les bureaux de son avocat personnel Michael Cohen et l'ex-directeur du FBI James Comey vient de publier un livre dans lequel il affirme que Donald Trump était obsédé par l'enquête sur une ingérence russe.

Le procureur spécial Robert Mueller est chargé de déterminer s'il y a eu collusion entre l'équipe de campagne du milliardaire et la Russie lors de la présidentielle de 2016. «Il n'y a PAS eu de COLLUSION», a encore récemment tweeté le président américain, qui a déjà plusieurs fois nié toute collusion entre des responsables de sa campagne et la Russie.

La plainte expose une chronologie détaillée de faits déjà connus, car ayant fait l'objet d'articles de presse ou en raison de procédures judiciaires. Parmi ces faits, une réunion en juin 2016 à la Trump Tower à New York entre les membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et un avocat russe ou encore une série de courriels et messages confirmant, selon les démocrates, les liens entre la Russie et l'équipe de campagne de Trump.

La plainte détaille en outre le rôle dans cette affaire présumée de Paul Manafort, l'ancien directeur de campagne de Trump inculpé de douze chefs d'accusation dont complot contre les Etats-Unis, blanchiment, fausses déclarations et non-déclaration de comptes détenus à l'étranger.

Elle précise également la participation de l'ancien conseiller de campagne de Trump George Papadopoulos, qui a admis avoir eu de nombreux contacts avec les Russes et cherché à organiser un voyage du milliardaire à Moscou. Il n'est pas certain cependant qu'elle débouche sur des poursuites, de nombreux pays bénéficiant d'une immunité dans le cas de procédures engagées aux Etats-Unis. (ats/nxp)

Créé: 20.04.2018, 18h26

Galerie photo

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2 Dès son intronisation, le nouveau président a signé des décrets souvent controversés qui tranchent avec l'administration Obama. Sa présence à la Maison Blanche continue de faire des remous auprès des citoyens.

Articles en relation

Ingérence russe: une call-girl aurait des infos

Etats-Unis Une escort-girl de haut vol, arrêtée pour prostitution en Thaïlande, a déclaré avoir des informations sur le rôle de la Russie dans les élections américaines. Plus...

Un limogeage tentant mais risqué pour Trump

Etats-Unis Le président américain "assassine" Robert Mueller, le procureur spécial chargé de l'enquête sur l'ingérence russe, à coup de tweets. Mais Donald Trump ne peut pas aussi facilement le limoger. Plus...

Donald Trump peine à trouver un avocat

Ingérence russe L'équipe du président américain cherche à embaucher un ténor du barreau pour défendre Donald Trump dans l'enquête sur l'ingérence russe. Plus...

Washington annonce des sanctions contre Moscou

Affaire russe En réponse à l'ingérence russe durant la campagne présidentielle ainsi que plusieurs cyberattaques, les Etats-Unis ont annoncé de nouvelles sanctions ce jeudi. Plus...

Poutine se «moque» d'une éventuelle ingérence

Etats-Unis Le président russe a accordé une interview à la chaîne «NBC» durant laquelle il évoque l’enquête menée par la justice américaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...