«L'immigration est une chance pour l'Allemagne»

Afflux de réfugiésSelon le président de la BundesBank, Jens Weidmann, l'Allemagne a besoin de main-d’œuvre supplémentaire pour pouvoir maintenir son niveau de prospérité.

Jens Weidmann, président de la Banque centrale allemande, la Bundesbank.

Jens Weidmann, président de la Banque centrale allemande, la Bundesbank. Image: ARCHIVES/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président de la Banque centrale allemande, la Bundesbank, Jens Weidmann, a estimé mercredi que l'immigration était une chance pour l'Allemagne, qui, face à sa population vieillissante, a besoin de main-d’œuvre supplémentaire.

«Gérer l'afflux de réfugiés va être exigeant pour l'Allemagne. Mais l'immigration recèle aussi des chances. Celles-ci seront d'autant plus grandes que nous réussirons à intégrer dans la société et le marché du travail les personnes venues chez nous pour rester», estime Jens Weidmann dans un entretien au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, alors que l'Allemagne a vu affluer ces dernières semaines des dizaines de milliers de demandeurs d'asile.

«Étant donné le changement démographique, l'Allemagne a besoin de main-d’œuvre supplémentaire, pour pouvoir maintenir son niveau de prospérité», a-t-il poursuivi. La pénurie de main-d’œuvre est estimée à 1,8 million de personnes en Allemagne à l'horizon 2020.

Le président de la Bundesbank souligne d'ailleurs que si l'économie allemande va pour l'instant bien, «ce n'est pas quelque chose qui va de soi et ce n'est pas une raison pour se reposer» sur la situation actuelle.

«L'actuelle reprise va un jour s'arrêter. A long terme, l'Allemagne va de toute façon se retrouver face à d'importants défis, si l'on pense à la société vieillissante, à la concurrence croissante des pays émergents ou à la transition énergétique», détaille Jens Weidmann, connu pour ses positions conservatrices au sein du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE). (ats/nxp)

Créé: 16.09.2015, 09h27

Galerie photo

Les migrants acheminés dans un camp

Les migrants acheminés dans un camp Plus de 200 migrants ont été débarqués d'un train parti de Budapest et amenés dans un camp de réfugiés à Bicske (Hongrie)

Galerie photo

Crise migratoire: les réfugiés tentent leur chance dans les Balkans   (oct.2015-avr.2016)

Crise migratoire: les réfugiés tentent leur chance dans les Balkans (oct.2015-avr.2016) Des milliers de réfugiés fuyant les conflits sanglants au Moyen-Orient traversent les Balkans cherchant abri dans l'Union européenne.

Articles en relation

Un ministre allemand veut stopper l'afflux de réfugiés

Crise migratoire Le ministre allemand des Transports a réclamé des mesures «efficaces» pour stopper l'afflux de réfugiés. Selon lui, l'Allemagne a atteint ses «limites de capacité d'accueil». Plus...

Bloqués, les réfugiés cherchent d'autres routes

Migration Déterminés à rejoindre l'Allemagne, les réfugiés bloqués en Serbie tentaient de contourner la Hongrie. Plus...

Les trains entre l'Autriche et l'Allemagne suspendus

Crise des réfugiés La compagnie ferroviaire autrichienne ÖBB annonce une suspension du trafic ferroviaire avec l'Allemagne, un pays que des milliers de migrants rejoignent en train. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...