Il espionnait des réfugiés tibétains en Suède

ChineUn homme accusé d'avoir infiltré la communauté tibétaine pour le compte de la Chine a été condamné en Suède. Il nie les faits.

L'homme vit depuis le début des années 2000 en Suède où il était arrivé en tant que réfugié tibétain protégé par les Nations unies.

L'homme vit depuis le début des années 2000 en Suède où il était arrivé en tant que réfugié tibétain protégé par les Nations unies. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un Chinois a été condamné vendredi à 22 mois de prison par un tribunal de Suède pour avoir espionné les réfugiés tibétains dans ce pays scandinave pour le compte de Pékin. Dorjee Gyantsan, 49 ans, a été reconnu coupable d'avoir infiltré la communauté tibétaine, forte de 130 membres selon leurs institutions représentatives, pour recueillir des informations sur leur profession, leur situation familiale et leurs activités politiques. Ces informations étaient ensuite transmises à un agent du régime chinois contre rétribution.

Le tribunal de Södertörn (au sud de Stockholm) a établi que le coupable avait «conduit une vaste opération mettant en danger les personnes d'origine tibétaine en Suède et leurs familles au Tibet».

Dorjee Gyantsan avait fui la Chine à la fin des années 90 pour le Népal. Il vit depuis le début des années 2000 en Suède où il était arrivé en tant que réfugié tibétain protégé par les Nations unies. Il a toutefois utilisé plusieurs identités. Né d'une mère tibétaine et d'un père chinois, il s'est fait passer pour un partisan de l'indépendance tibétaine dans les pays scandinaves. Il a participé à des manifestations contre la politique chinoise au Tibet, notamment en Norvège où il a couvert une visite du Dalaï lama en tant que reporter de la radio Voice of Tibet.

Dans ses conclusions, le tribunal ajoute que Dorjee Gyantsan a rencontré à de multiples reprises le secrétaire de l'ambassade de Chine en Pologne pour lui transmettre les informations collectées. Dorjee, qui avait plaidé non coupable, dit avoir ignoré l'identité de cette personne. Il a indiqué vendredi faire appel de sa condamnation.

Arrêté avec 6000 dollars

Ses activités d'espionnage se sont étalées de juillet 2015 à son arrestation par les services du renseignement suédois en février 2017. Au moment de son arrestation, l'accusé, de retour de Varsovie, était en possession de 6000 dollars en espèces, dissimulés dans des boîtes de médicaments.

L'accusation s'est basée sur des témoignages, les contacts de Dorjee avec la communauté tibétaine, ainsi que des relevés téléphoniques et des voyages. Pékin considère le Tibet comme une partie inaliénable de la Chine depuis son annexion en 1951.

Souvent l'espionnage de réfugiés vise à les empêcher de critiquer le régime dans leur pays natal. Certains gouvernements les surveillent également pour identifier qui a fui, pourquoi, où ils résident ou pour exercer des pressions sur des membres de leur famille restés au pays. (afp/nxp)

Créé: 15.06.2018, 15h09

Articles en relation

Après sa gaffe, le site web de Marriott fermé

Tibet La Chine a décidé de prendre des mesures de rétorsion à l'égard du géant hôtelier. Celui-ci a présenté le Tibet comme un pays distinct et provoqué un tollé. Plus...

Un moine tibétain s'immole par le feu

Chine Un moine tibétain s'est immolé par le feu dimanche en Chine. Selon une association, il a crié : «Nous voulons la liberté au Tibet». Plus...

Manifestation en faveur d'un Tibet libre à Berne

Suisse Des Tibétains ont défilé vendredi dans la capitale pour commémorer le soulèvement de 1959 contre la Chine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.