Passer au contenu principal

EquateurHuit policiers retenus par les manifestants à Quito

Des membres des forces de l'ordre sont aux mains des manifestants dans la capitale équatorienne, tandis que le bilan des civils tués s'alourdit.

L'Equateur sort avec soulagement lundi d'une crise sociale sans précédent, marquée par des manifestations violentes et une paralysie de 12 jours, mais la facture, tant économique que morale, va être lourde pour le pays andin. (14 octobre 2019)
L'Equateur sort avec soulagement lundi d'une crise sociale sans précédent, marquée par des manifestations violentes et une paralysie de 12 jours, mais la facture, tant économique que morale, va être lourde pour le pays andin. (14 octobre 2019)
AFP
Le gouvernement et le mouvement indigène ont trouvé un accord dimanche soir pour sortir de la crise en Equateur. (13 octobre 2019)
Le gouvernement et le mouvement indigène ont trouvé un accord dimanche soir pour sortir de la crise en Equateur. (13 octobre 2019)
AFP
Le président Lenin Moreno, qui avait déplacé lundi le siège du gouvernement vers la capitale économique du pays, Guayaquil (sud-ouest), avait déjà proclamé l'état d'urgence pendant 60 jours afin que les forces armées puissent rétablir l'ordre. Le couvre-feu aura la même durée. (Quito, 8 octobre 2019)
Le président Lenin Moreno, qui avait déplacé lundi le siège du gouvernement vers la capitale économique du pays, Guayaquil (sud-ouest), avait déjà proclamé l'état d'urgence pendant 60 jours afin que les forces armées puissent rétablir l'ordre. Le couvre-feu aura la même durée. (Quito, 8 octobre 2019)
AFP
1 / 17

Huit policiers étaient retenus jeudi par des indigènes équatoriens mobilisés à Quito contre la hausse du prix de l'essence décidée par le gouvernement, a constaté l'AFP.

Ces membres des forces de l'ordre, sept hommes et une femme, ont été présentés en public lors d'un rassemblement des manifestants dans le nord de la capitale.

Le bilan s'alourdit

Cinq civils, dont un dirigeant indigène, ont trouvé la mort durant les manifestations qui secouent l'Equateur depuis une semaine contre la hausse du prix de l'essence, ont annoncé jeudi à l'AFP les services du Défenseur du peuple, un organisme d'Etat.

«La première victime est un homme qui a été écrasé dimanche dans la province d'Azuay (sud). Les quatre autres sont décédées à Quito», a précisé une source de cette institution, sans indiquer les circonstances des quatre nouveaux décès. Le précédent bilan faisait état d'un mort.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.