Huawei: Londres sous pression de Washington

TélécomsLes responsables américains multiplient les mises en garde à l'encontre de Londres qui s'apprête à choisir Huawei pour son réseau 5G.

Huawei continue d'affronter l'ire de Washington.

Huawei continue d'affronter l'ire de Washington. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement britannique s'apprête à prendre une décision lourde de conséquences sur la participation de Huawei au réseau 5G, au risque de froisser les Etats-Unis qui viennent de lancer un ultime avertissement via le secrétaire d'Etat Mike Pompeo.

Le chef de la diplomatie américaine a estimé dans la nuit de dimanche à lundi sur son compte Twitter que la décision de Londres serait «capitale», au terme de semaines d'intense lobbying de Washington sur Londres, entre visites de dignitaires et réunions à huis clos.

Le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin avait évoqué samedi «des discussions intensives» sur ce sujet avec le gouvernement britannique au centre de réflexion Chatham House, juste après un petit-déjeuner de travail avec son homologue britannique Sajid Javid.

Vendredi, c'est le président américain Donald Trump et le Premier ministre britannique Boris Johnson qui s'étaient entretenus au téléphone au sujet du fabricant chinois et de la sécurité du réseau de télécommunications.

Difficile de bannir Huawei

Les Etats-Unis exigent depuis de long mois des pays européens, et en particulier du Royaume-Uni, qu'ils excluent Huawei de leurs réseaux, invoquant les liens de l'entreprise avec le gouvernement chinois et le fait que ses équipements pourraient être utilisés à des fins d'espionnage, ce que le groupe chinois a toujours démenti.

M. Pompeo en profite même pour relayer sur Twitter une tribune dans le tabloïd Daily Mail du député conservateur Tom Tugendhat, fermement opposé à la participation de Huawei au réseau 5G pour des raisons de sécurité.

Le ministre de la Justice Robert Buckland a quant à lui reconnu lundi sur la radio BBC 4 qu'il existait «des risques», mais a assuré: «nous prendrons une décision informée, fondée sur des preuves, et nous le ferons de manière autonome».

Le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson semble préparer le terrain à un feu vert à la participation de Huawei au réseau 5G du pays. Huawei ne pourrait être autorisé à prendre part qu'à des infrastructures non stratégiques comme les antennes-relais et serait exclu de celles plus stratégiques comme les serveurs.

Mi-janvier, Boris Johnson avait laissé entendre qu'il serait difficile de bannir Huawei du réseau: «si les gens s'opposent à une marque ou une autre, ils doivent nous dire quelle est l'alternative», avait-il déclaré sur la BBC.

Une source gouvernementale britannique avait rappelé que le Royaume-Uni recourt à la technologie Huawei depuis 15 ans, contrairement aux Etats-Unis, et que les agences de sécurité sont parvenues à gérer le risque. (ats/nxp)

Créé: 27.01.2020, 13h49

Articles en relation

La cadre de Huawei évite l'extradition, pour l'instant

Canada Fille du fondateur de Huawei, Meng Wanzhou, accusée de fraude bancaire, est réclamée par les États-Unis au Canada. Plus...

La survie, une priorité pour Huawei en 2020

Télécommunications Après une année financièrement difficile, due à la politique de l'administration Trump, l'entreprise chinoise devra lutter pour renouer avec les bénéfices. Plus...

5G : l'UE émet des réserves sur Huawei

Télécom La Cheffe de la Commission européenne craint que l'extension de la 5G au géant chinois ouvre une porte à l'espionnage de données. Plus...

Huawei porte à nouveau plainte aux États-Unis

Télécoms Mis à l'écart d'un fonds fédéral, l'entreprise chinoise est soupçonnée d'espionnage au profit de Pékin par Washington. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...