Les Houthis prennent un axe stratégique au Yémen

Moyen-OrientUne réunion de l'ONU est prévue mardi au sujet de la situation au Yémen, alors que les rebelles chiites se sont emparés d'une route très importante.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les rebelles yéménites Houthis se sont emparés samedi d'un axe routier stratégique à l'est de Sanaa, poursuivant leur offensive face aux troupes du gouvernement au nord et à l'est de la capitale yéménite, selon des responsables militaires loyalistes.

Au prix de violents combats, les rebelles se sont emparés d'un axe routier reliant la capitale Sanaa aux provinces de Marib, à l'est, et celle de Jawf, au nord, ont indiqué lundi ces sources à l'AFP.

La reprise des affrontements depuis dix jours a poussé le Royaume-Uni à demander une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU qui se tiendra mardi à partir de 15H00 GMT (16H00 en Suisse), selon des sources diplomatiques à New York.

Rencontre à huis clos

Cette rencontre se tiendra à huis clos et pourrait se conclure par l'adoption d'une déclaration commune, a précisé l'une de ces sources. L'émissaire de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, doit faire un exposé de la situation lors d'une liaison vidéo avec les 15 membres du Conseil de sécurité, a-t-elle ajouté.

Depuis le 17 janvier, les combats ont repris à l'est de Sanaa après des mois de relative accalmie dans le pays ravagé par plus de cinq ans de guerre entre les Houthis, soutenus par l'Iran, et les forces du gouvernement, appuyées depuis 2015 par une coalition militaire menée par l'Arabie saoudite.

«Les Houthis cherchent maintenant à prendre Hazm, capitale de la province de Jawf en avançant sur deux axes à l'ouest et au nord de cette ville», a indiqué à l'AFP, sous couvert d'anonymat, l'un de ces militaires.

«Retrait tactique»

La province de Jawf est contrôlée dans sa majorité par les Houthis, mais sa capitale est toujours aux mains du gouvernement. Un autre responsable militaire a affirmé à l'AFP que les «Houthis se trouvaient lundi à cinq kilomètres de la capitale de Jawf».

La province de Marib est en partie sous contrôle des Houthis mais sa capitale éponyme, situé à 170 km à l'est de Sanaa, est aux mains des forces du gouvernement. Les combats des dernières 48 heures ont fait des dizaines de morts et de blessés, ont affirmé les sources militaires, sans être en mesure d'avancer de bilan précis.

Vendredi, le gouvernement a reconnu la progression des Houthis, indiquant avoir procédé à un «retrait tactique» de ses troupes de certaines positions à l'est de Sanaa. Le centre de réflexion International Crisis Group a mis en garde vendredi contre une «extension du conflit qui aurait un effet dévastateur sur les efforts» visant à y mettre fin. Selon plusieurs ONG, la guerre a fait des dizaines de milliers de morts, essentiellement des civils. Le pays connaît la pire crise humanitaire au monde d'après l'ONU. (afp/nxp)

Créé: 28.01.2020, 01h24

Articles en relation

Une attaque des Houthis fait plus de 100 morts

Yémen Une mosquée à l'est de Sanaa au Yémen a été la cible samedi d'une attaque des rebelles Houthis. Une centaine de militaires pro-gouvernement ont perdu la vie. Plus...

Une attaque dans un marché tue 17 civils

Yémen Le marché Al-Raqw, dans la province yéménite de Saada, a encore été pris pour cible jeudi. 89 civils ont été blessés ou sont morts depuis novembre. Plus...

Yémen: un site gazier lié à Total servait de prison

Moyen-Orient Le site, exploité par Yemen LNG dont Total est actionnaire à 39,6%, héberge depuis 2016 une milice sous contrôle des Émirats arabes unis. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...