Passer au contenu principal

ClassementHong Kong reste la ville la plus chère pour les expatriés

Le baromètre annuel Mercer place une fois de plus Hong Kong en première position des villes les plus chères au monde. Berne et Genève font partie du top 10.

Vue de Hong Kong.
Vue de Hong Kong.
AFP

Hong Kong reste la ville la plus chère du monde pour les expatriés pour la troisième année de suite, selon la dernière édition publiée mardi du baromètre annuel Mercer. Le cabinet de conseil a classé 209 villes à travers le monde.

Six villes parmi les dix plus chères sont situées en Asie, trois en Suisse – Zurich (4e), Berne (8e) et Genève (9e) – et une aux États-Unis (New York 6e). En deuxième position, la capitale du Turkménistan, Achkhabad, est une ville frappée par «une crise économique qui entraîne une pénurie de devises, donc, des problèmes pour importer», mais où ne vivent pas beaucoup d’expatriés, a expliqué le cabinet Mercer. Tokyo recule de la 2e à 3e place et Singapour de la 3e à la 5e.

Les variations de taux de change comme l’inflation influent sur ces évolutions. «La force du dollar a fait augmenter les coûts pour les expatriés dans les villes américaines», selon le communiqué de Mercer. Outre New York qui gagne trois places par rapport à 2019, San Francisco se maintient à la 16e place et Los Angeles avance d’une place de la 18e à la 17e.

Tunis en queue de classement

En France, Paris recule de la 47e à la 50e place en raison de la baisse de l’euro par rapport au dollar, tandis que Lyon reste à la 123e place. Londres gagne quatre places et devient la 19e ville la plus chère, parce que la livre «gagne en valeur par rapport à toutes les grandes monnaies mondiales».

Les villes les moins chères sont Karachi, au Pakistan (205e), Bichkek et Tachkent (206e), Windhoek (208e) et Tunis (209e).

«On a fait notre relevé de prix en février et en mars» quand «la plupart des pays du monde n’étaient pas encore impactés par la crise» liée au nouveau coronavirus, a précisé Mercer. Sur un autre relevé de prix réalisé en avril mais sur un échantillon de biens et de services et un nombre de villes beaucoup plus limité, on a noté «aucun impact» sur le classement, a encore indiqué le cabinet.

Le Covid-19 pourrait avoir des conséquences à l’avenir sur l’expatriation de salariés par les entreprises. «Il y aura des changements, mais on ne sait pas encore dans quelle mesure la crise aura un impact sur la mobilité», selon Mercer.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.