Passer au contenu principal

SyrieHoms: la défense aérienne abat des missiles

La défense aérienne syrienne a dit lundi soir avoir abattu des missiles au-dessus de la province de Homs. La coalition dément toute implication.

Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)
Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)
AFP
Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)
Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)
AFP
La défense anti-aérienne syrienne est entrée en action contre «l'agression américaine, britannique et française», a rapporté la télévision d'Etat syrienne. Le régime syrien a jugé que cette opération militaire constituait une violation «flagrante» du droit international et était «vouée à l'échec».
La défense anti-aérienne syrienne est entrée en action contre «l'agression américaine, britannique et française», a rapporté la télévision d'Etat syrienne. Le régime syrien a jugé que cette opération militaire constituait une violation «flagrante» du droit international et était «vouée à l'échec».
Keystone
1 / 150

La défense aérienne syrienne «a abattu des missiles qui étaient entrés dans l'espace aérien au-dessus de la province de Homs» qui couvre le centre de la Syrie, a annoncé mardi l'agence de presse officielle Sana. La télévision officielle syrienne n'a pas identifié l'origine des missiles mais a dénoncé une «agression».

Une ONG, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), a fait état de fortes explosions entendues près de la base aérienne d'Al-Chaayrate, dans la province de Homs, et dans la région de Qualamoun, près de Damas, où deux autres bases aériennes sont situées. Toutefois, selon le dirigeant de cette ONG, Rami Abdel Rahman, aucune base aérienne n'a été touchée.

«Je ne suis pas au courant d'un tel incident», a affirmé un porte-parole de l'armée israélienne, interrogé par l'AFP sur des rumeurs selon lesquelles il pourrait s'agir d'une attaque israélienne. Israël a déjà mené dans le passé des frappes en Syrie.

La base militaire d'Al-Chaayrate, considérée par le Pentagone comme une source d'approvisionnement possible en armements chimiques, avait été frappée en avril 2017 par 59 missiles Tomahawk lors d'une opération américaine, en représailles à une attaque au gaz sarin attribuée aux forces syriennes.

A Washington, le Pentagone a démenti toute implication des Etats-Unis ou de la coalition qu'ils dirigent dans la région. «Il n'y a pas d'opérations des Etats-Unis ou de la coalition dans cette zone», a déclaré Heather Babb, porte-parole du Pentagone.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.