Passer au contenu principal

ClimatHFC: des gaz polluants mais remplaçables

Les gaz HFC, nocifs pour le climat, vont progressivement devoir être éliminés après l'accord samedi conclu à Kigali.

Les gaz HFC restent bien moins longtemps dans l'atmosphère que le CO2.
Les gaz HFC restent bien moins longtemps dans l'atmosphère que le CO2.
Archives/photo d'illustration, AFP

Les hydrofluorocarbones (HFC) font partie des six grands gaz à effet de serre, responsables de la hausse accélérée de la température mondiale. Ce sont le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d'azote (N20) et trois gaz fluorés (HFC, PFC, SF6).

Des solutions existent pour les remplacer.

Les HFC restent bien moins longtemps dans l'atmosphère que le CO2, mais leur pouvoir de réchauffement est très supérieur (jusqu'à 14'000 fois plus que le CO2). Ils sont notamment utilisés pour la réfrigération, dans les aérosols et la climatisation. Ces vingt dernières années, ils ont peu à peu remplacé d'autres gaz, les CFC et les HCFC, qui eux détruisent la couche d'ozone.

La couche d'ozone est une sorte de bouclier gazeux, situé entre 20 et 40 kilomètres d'altitude, qui protège des rayons solaires ultraviolets. Ces rayons provoquent des cancers de la peau, des dégâts oculaires et immunitaires chez les humains et parmi la faune.

Dégâts climatiques

Un accord international signé en 1987, appelé Protocole de Montréal, avait décidé de la suppression progressive des gaz CFC et de leur remplacement par les HFC. Grâce à l'élimination progressive des CFC, le trou dans la couche d'ozone a commencé à se résorber.

Pour enrayer les dégâts climatiques des HFC, la communauté internationale a lancé il y a huit ans des négociations, qui ont abouti samedi à Kigali à un amendement au Protocole de Montréal. L'élimination des HCFC avait aussi fait l'objet d'un amendement à ce texte il y a plusieurs années.

Produits de remplacement

Des solutions techniques existent pour remplacer les HFC, mais cela va demander de remplacer de très nombreux équipements existants et de modifier des processus industriels.

Parmi les fluides frigorigènes alternatifs, on trouve des hydrocarbures, le dioxyde de carbone, l'ammoniac et d'autres substances chimiques de synthèse appelées hydrofluoroléfines (HFO). Ces produits de substitution ont cependant des inconvénients qu'il faudra maîtriser: ils peuvent être inflammables et parfois toxiques.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.