Un haut gradé US raconte «sa peur»

Base attaquée par l'IranUn colonel américain lève un coin du voile sur l’atmosphère qui a prévalu sur l'une des bases US frappées par l'Iran en Irak.

Le Colonel américain Tim Garland.
Vidéo: DR/Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Réfugiés dans des bunkers pendant des heures, les murs tremblant sous l'impact des missiles tirés par l'Iran: pour un haut commandant américain présent à la base irakienne prise pour cible par Téhéran le 8 janvier, l'attaque était «sans précédent».

Dans un entretien exclusif avec l'AFP sur la base aérienne de Aïn al-Assad, dans l'ouest de l'Irak, le lieutenant-colonel Tim Garland confie que ses supérieurs hiérarchiques l'avaient prévenu de l'attaque à venir «avec quelques heures d'avance».

«Ma première réaction a été le choc, l'incrédulité», dit-il, racontant avoir été sceptique sur le fait que l'Iran puisse, et veuille, mener une attaque aussi téméraire. L'attaque iranienne contre la base de Aïn al-Assad utilisée par l'armée américaine était une riposte à la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, visé par un raid américain à Bagdad le 3 janvier.

La base visée, située dans la province d'Anbar, est l'une des plus grandes du pays, avec des milliers de soldats irakiens, et certaines sections sont dédiées aux 1'500 soldats américains qui font partie de la coalition antijihadistes emmenée par Washington.

«Ma première réaction»

Mettre les troupes à l'abri était la priorité, explique le lieutenant-colonel. A 23h locales, les forces américaines et de la coalition avaient quitté leurs dortoirs pour courir dans les bunkers fortifiés, tandis que d'autres avaient été dispersés à différents endroits de la base.

L'attente a été longue, sous tension, pendant plus de deux heures. Mais même pour l'expérimenté Tim Garland, rien ne pouvait laisser deviner la violence de frappe de l'attaque à venir, qui a commencé à 01h35 locales.

«Quand la première tournée (de missiles) est tombée, c'était le bruit le plus fracassant jamais entendu», se souvient-il.

«Il y avait quelque chose d'étrange avec l'air, la façon dont il bougeait, dont il s'est réchauffé. La porte s'est ployée dans un sens sous l'onde de choc, puis dans l'autre sens», relate-t-il.

Trois heures durant, environ cinq séries de frappes de missiles balistiques ont frappé la base, à des intervalles irréguliers.

«Je n'avais pas eu aussi peur depuis un sacré moment. Cela fait longtemps», souffle le lieutenant-colonel, qui a servi à plusieurs reprises en Irak. «Nous ne savions pas à quoi cela ressemblerait, si ça allait être un tapis de bombes», ajoute-t-il.

«Un miracle divin»

Vers 04h du matin, les militaires sont sortis des bunkers pour découvrir la base en proie à de multiples incendies, avec plus d'une dizaine de lieux d'impact.

Mais, miraculeusement, aucun soldat n'avait été tué. Seuls deux soldats, qui étaient de garde dans les tours de guet, ont été projetés au sol, mais ne souffrent que de commotions.

«Le fait qu'ils aient survécu est un miracle divin», juge le lieutenant-colonel. A ses yeux, l'intervalle observé entre chaque volée de missiles était calculé pour faire croire aux soldats que l'attaque était finie. «C'était suffisamment long pour vous faire croire que vous étiez en sécurité. Je crois que c'était fait exprès pour qu'il y ait des victimes», assure-t-il.

Alors que l'AFP visitait lundi la base sur invitation de la coalition, la plupart des dégâts avait été dégagés et un bulldozer transportait des barres de métal tordues et autres débris sur la piste d'atterrissage de la base.

«C'était long»

L'un des dortoirs des soldats a été entièrement pulvérisé et lundi, une odeur de métal fondu continuait de flotter dans l'air.

Les soldats ont confié à l'AFP avoir perdu tous les effets personnels: leurs habits, leurs livres, les photos de leurs familles et des messages qu'ils gardaient précieusement avec eux à chaque affectation militaire, parfois depuis plus de dix ans.

Mais, vu l'intensité des frappes de Téhéran, tous ont eu beaucoup de chance, relativise Tim Garland.

«Des frappes de missiles balistiques pour le spectacle. C'est sans précédent», note-t-il. (afp/nxp)

Créé: 14.01.2020, 20h33

Articles en relation

Les Européens lancent une procédure contre Téhéran

Nucléaire iranien Paris, Londres et Berlin mettent la pression sur l'Iran pour que l'accord sur le nucléaire soit respecté. Plus...

Klaus Schwab: «Le monde est en état d'urgence»

WEF 2020 Boudé par l'Iran, le World Economic Forum annonce vouloir préparer un monde durable pour cette 50e édition. Plus...

L'indignation perdure, malgré des arrestations

Boeing abattu en Iran Le président iranien a promis mardi que son pays «punira» tous les responsables de la catastrophe aérienne du Boeing ukrainien, abattu par erreur par un missile iranien le 8 janvier. Plus...

Nucléaire: Téhéran exhorté à respecter l'accord

Iran Paris, Berlin et Londres ont demandé à l'Iran de respecter l'accord sur le nucléaire iranien et de s'abstenir de toute nouvelle action violente. Plus...

Donald Trump lance un avertissement à l'Iran

États-Unis Le président américain a prévenu Téhéran qu'il n'accepterait pas un «autre massacre de manifestants pacifiques». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Votation: faut-il taxer les chiens?
Plus...