Harry est triste mais n'a pas eu d'«autre choix»

Famille royaleL'époux de Meghan a fait part dimanche de sa tristesse d'avoir dû se mettre en retrait de la monarchie, une décision qui n'a pas été «prise à la légère».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est avec «une grande tristesse» mais sans avoir «d'autre choix» qu'il a pris la décision de se mettre en retrait de la monarchie britannique, a finalement confié dimanche soir le prince Harry dans un discours aux accents intimes.

«La décision que j'ai prise pour ma femme et moi n'a pas été prise à la légère» mais après «des mois de pourparlers, suivant des années de défis», s'est justifié dimanche le duc de Sussex auprès des invités d'un dîner de charité à Londres. Dans cette première prise de parole publique depuis l'annonce de sa mise en retrait, il s'est excusé de ne «pas avoir toujours bien fait les choses», sans préciser lesquelles.

Harry, 35 ans, et son épouse Meghan, 38 ans, avaient révélé le 8 janvier qu'ils souhaitaient prendre leur indépendance financière et s'installer en Amérique du Nord avec leur fils Archie. Sans avoir prévenu la grand-mère et le père de Harry, Elizabeth II et le prince Charles.

Si le duc et la duchesse de Sussex souhaitaient initialement garder un pied dans la famille royale, la reine les a vite détrompés en annonçant samedi soir qu'ils devraient renoncer à utiliser «leur titre d'altesse royale, étant donné qu'ils ne sont plus des membres actifs de la famille royale».

«Megxit dur»

Les tabloïds, qui les accusaient de «vouloir le beurre et l'argent du beurre», se sont félicités du fait que le duc et la duchesse, désormais délivrés de leurs «obligations royales», ne pourraient plus «formellement représenter la reine». C'est un «accord indéniablement radical», a jugé le «Daily Telegraph». Le «Sunday Mirror» s'est félicité en une que «la reine ordonne un Megxit dur», en référence au Brexit prévu pour le 31 janvier.

La relation houleuse du couple avec les journaux britanniques, que Harry a qualifiés de «force puissante» dans son discours dimanche, a pesé dans sa décision de se mettre en retrait. Accusée de racisme envers l'actrice américaine métisse, la presse à sensation attaquait régulièrement Meghan avec des articles au vitriol.

Pour l'expert en protocole de la famille royale Alastair Bruce, interrogé par le Sun, la reine a réglé la question d'une «poigne de fer» et l'abandon du titre d'altesse royale équivaut à «une abdication», puisque Harry se retrouve ainsi rétrogradé au même rang que trente autres ducs britanniques.

Si le couple conservera ses titres de duc et duchesse de Sussex, il renonce en revanche à son allocation royale et devra rembourser certaines dépenses publiques dont il a bénéficié, notamment les 2,3 millions d'euros employés à rénover leur résidence au Royaume-Uni. «C'est absolument sans précédent», a estimé dans le Sun Dickie Arbiter, ancien secrétaire de presse royal, notant qu'«aucun membre de la famille royale n'a jamais remboursé de l'argent», même ceux qui avaient déjà été privés de leur statut d'altesse royale.

Comme Lady Di

Avant le jeune prince, qui va déchoir de sa sixième place dans l'ordre de succession au trône britannique, sa mère Lady Diana avait elle aussi perdu ce statut après avoir divorcé de Charles en 1996. Mais il s'agissait là d'un «titre honorifique», obtenu par le mariage. C'est en revanche la toute première fois qu'un Windsor de naissance se voit privé de ce statut.

Nombre de commentateurs dressent un parallèle avec l'abdication du roi Edouard VIII en 1936, qui en épousant une Américaine divorcée avait renoncé au trône. Celui-ci n'avait en fait pas perdu son titre, se voyant simplement rétrogradé de «Sa majesté le Roi» à «Sa majesté royale le Duc de Windsor».

La décision d'Elizabeth II marque ainsi un tournant dans l'histoire d'une des plus anciennes institutions britanniques, ouvrant une ère de nouveau fonctionnement resserré autour de la branche aînée uniquement.

Noyau de membres

Le prince Charles, qui se prépare à prendre la suite de sa mère âgée de 93 ans, avait déjà fait part de sa volonté de «ramener (la famille) à un noyau de membres haut placés qui travaillent à plein temps».

Fin 2019, le scandale sur les relations du prince Andrew avec le financier américain Jeffrey Epstein accusé de trafic de mineures, avait obligé celui-ci à se mettre en retrait et ouvert la voie. En retirant à Harry et Meghan leur statut, la reine vient d'y poser un premier relais.

Beaucoup d'experts royaux s'attendent désormais à une baisse du train de vie pour la famille, dont de nombreux membres disposent d'un rang valant rémunération.

D'un point de vue affectif, «Harry, Meghan et Archie resteront des membres très chers de ma famille», a cependant souligné Elizabeth II. «J'aurai toujours le plus grand respect pour ma grand-mère, mon commandant en chef», lui a répondu dimanche soir le duc de Sussex, ému.

Interrogé par Sky News, le Premier ministre Boris Johnson s'est dit convaincu de la capacité de «la famille royale à trouver un moyen d'aller de l'avant», souhaitant aux Sussex «tout le meilleur pour leur avenir». Les décisions du palais doivent prendre effet au printemps. (afp/nxp)

Créé: 20.01.2020, 01h02

Articles en relation

La reine dicte les conditions de la nouvelle vie d’Harry et Meghan

Angleterre Humaine, la souveraine britannique a accepté le départ de son petit-fils et de sa famille. Impitoyable, elle leur refuse la possibilité d’être des membres à temps partiel de la famille royale. Plus...

Harry et Meghan renoncent à leurs titres royaux

Royaume-Uni Le duc et la duchesse de Sussex ont renoncé, samedi, à leur statut de membres actifs de la famille royale. Plus...

Harry, un prince rebelle comme sa mère

Royaume-Uni Le duc de Sussex a dit adieu à son titre d'altesse samedi. Retour sur la vie d'un trublion qui n'a jamais pu rentrer dans le moule, à l'instar de sa mère «Lady Di». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...