Haïti n'a plus de parlement opérationnel

CaraïbesLe mandat de la totalité des députés haïtiens est arrivé à terme lundi, ce qui confère au président la possibilité de gouverner par décret.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le mandat de la quasi-totalité des parlementaires haïtiens, qui n'avaient pas pu s'entendre sur les modalités de nouvelles élections en novembre, est arrivé à terme lundi, le président haïtien Jovenel Moïse constatant dans la foulée officiellement la caducité du parlement.

«Au niveau de l'exécutif, nous n'avons aucune velléité à ne pas organiser les élections dans le pays mais nous sommes dans une situation de fait», a déclaré lundi Jovenel Moïse, dont le pays est plongé dans une grave crise depuis des mois.

Les élections législatives et municipales qui auraient dû se tenir en novembre n'ont pas eu lieu car la loi-cadre pour l'organisation des scrutins n'a pas été approuvée par le parlement, où la majorité était pourtant acquise à Jovenel Moïse.

«Une dérive dictatoriale»

Si le nombre de sénateurs encore en poste aujourd'hui fait débat sur la scène politique haïtienne, le mandat de la totalité des députés est comme prévu arrivé à terme ce lundi. Cette situation confère au président la possibilité de gouverner par décret, ce que l'opposition et une majorité de secteurs de la société civile dénoncent à l'avance en évoquant «une dérive dictatoriale».

Durant l'année 2019, ces opposants n'ont cessé de réclamer la démission de Jovenel Moïse en raison de son implication dans un scandale de corruption. Entre septembre et décembre, cette contestation a même entrainé la paralysie totale des activités à travers le pays, au point que les écoles sont restées fermées pendant plus de deux mois.

Lundi, le président a annoncé vouloir profiter de l'absence de pouvoir législatif pour opérer des réaffectations budgétaires. En précisant la somme à la gourde près (la monnaie nationale), le président haïtien a en effet estimé que le départ des parlementaires constituait une économie budgétaire de plus de 16,3 millions de dollars américains (15,82 millions de francs).

Contexte catastrophique

«J'ai pris la décision, en voyant ce montant ce matin, (...) que soient construits dix lycées dans le pays avec cet argent», a déclaré Jovenel Moïse aux journalistes, qui n'ont pas eu la possibilité de poser de questions.

Cette proposition présidentielle intervient dans un contexte économique catastrophique. Les parlementaires n'ayant pas approuvé de budget au cours des deux dernières années, l'État haïtien fonctionne actuellement sur reconduction du budget 2017-2018.

Or selon le FMI, le pays connaissait en 2017 un taux de croissance de 1,5% et une inflation à 14,7%. Aujourd'hui, l'inflation a dépassé les 20% et l'économie est entrée en récession avec une réduction du PIB national de 1,2% pour l'année 2019. (afp/nxp)

Créé: 14.01.2020, 00h54

Articles en relation

Dix ans après le séisme, Haïti encore en ruine

Tremblement de terre Un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter a frappé Haïti le 12 janvier 2010. La capitale Port-au-Prince n’est toujours pas reconstruite. Les bidonvilles se sont agrandis. Plus...

Haïti: bilan positif pour la Chaîne du Bonheur

Séisme La Chaîne du Bonheur a établi que grâce aux fonds venus de Suisse, neuf foyers sur dix ont pu couvrir leurs besoins vitaux et restaurer leurs moyens de subsistance après le séisme de 2010. Plus...

En Haïti, malgré des semaines d’émeutes, le chef de l’État Jovenel Moïse s’accroche au pouvoir

Monde Loin des projecteurs, l’île est entrée en guerre contre son président, que les puissances occidentales soutiennent malgré les accusations de corruption. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...