Les groupes de la terreur

TerrorismeAffaibli dans son califat situé entre la Syrie et l’Irak, Daech riposte à l’étranger en terrorisant l’Europe. Etat des lieux d’un groupe qui sème la mort et la désolation depuis 2006.

Textes: Yannick Van der Schueren/Frise: Frédéric Thomasset, Paul Ronga


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mode d’action

L’entité terroriste, qui dispose d’un excellent réseau de renseignements et d’une armée suréquipée dotée de nombreux véhicules, appuyée par de l’artillerie et des chars, mène des offensives conventionnelles tout en poursuivant des actions de guérilla, des prises d’otages et des attentats suicides. Par ailleurs, cette organisation pour qui l’escalade de la barbarie et de la terreur n’a pas de limite a développé une redoutable stratégie de communication de propagande sur Internet, destinée à susciter les vocations au-delà des territoires sous son contrôle et qui passe notamment par d’insoutenables mises en scène d’exécutions. A la manière d’une entreprise, Daech publie régulièrement un journal et un rapport annuel dans lequel il recense et détaille ses actions et nombreuses exactions.

Effectifs

En juillet, Romain Caillet, chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient à Beyrouth, estimait le nombre de combattants à 25 000, en Syrie et en Irak. « En Irak, il s'agit à 90 % d'Irakiens, tandis qu'en Syrie on a 50 % de combattants locaux auxquels s'ajoutent des étrangers venus du Maghreb, du Golfe, de la diaspora tchétchène et des Occidentaux venus d'Europe ou des Etats-Unis», précisait-il. Les djihadistes européens, qui viennent surtout de Belgique, de France et du Royaume-Uni, seraient environ 2000. En août, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) affirmait que les effectifs de l'Etat islamique en Syrie étaient désormais de 50'000 hommes en Syrie. Parmi ceux-ci 20'000 étrangers, dont 6000 recrutés pour le seul mois de juillet. En janvier 2015, Jérôme Fritel, auteur de Daech – Naissance d’un Etat terroriste, parlait de 40'000 combattants entre les deux pays.

Sources de financement

Cette multinationale du terrorisme a réussi à développer sa propre économie de guerre et est financièrement autonome. Selon un rapport de Jean-Charles Brisard, expert en terrorisme et financement du terrorisme, publié en novembre 2014, 82% de l’argent de cette organisation provient directement des ressources dont elle dispose. A commencer par le pétrole. «On estime que Daech a mis la main sur une vingtaine de puits, soit 10% de la production irakienne et 60% de la production syrienne, le chiffre d’affaires est évalué entre 500'000 et un million de dollars par jour», avance Jérôme Fritel. Ce pétrole, vendu bon marché, est racheté principalement par la Turquie, mais aussi parfois par la Syrie ou par les Kurdes. Selon Jean-Charles Brisard, les ressources dont dispose l’organisation lui ont rapporté 2,906 milliards de dollars: 38% de ces revenus viennent du commerce du pétrole, 17% du gaz naturel, 12% des impôts, 10% de la production de phosphate, 10% de la vente de ciment, 7% de l'agriculture, 4% des rançons et 2% de donations privées. (TDG)

Créé: 09.03.2015, 17h30

Cliquez sur la carte pour agrandir.

Articles en relation

Les dix groupes de la terreur les plus riches de la planète

Terrorisme Qui sont-ils? Quels sont leurs moyens d'action? Au travers de chronologies illustrées, retrouvez les principales étapes de l’histoire de ces groupes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Barrière de röstis pour les initiatives alimentaires
Plus...