Le gros coup de colère de Zeid Ra’ad Al Hussein

Jamais par le passé un Haut-commissaire aux droits de l’homme n’est allé aussi loin dans la critique des leaders populistes.

Le secrétariat du Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a diffusé une copie d’un discours rageur.

Le secrétariat du Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a diffusé une copie d’un discours rageur. Image: J.-M. Ferré

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Haut-Commissaire aux droits de l’homme qui était en déplacement à La Haye la semaine passée s’est lancé dans une charge sans précédent contre les leaders populistes qui prospèrent en Europe et aux Etats-Unis en attisant les haines.

A Genève, le secrétariat de Zeid Ra’ad Al Hussein a diffusé auprès de la presse la copie d’un discours rageur. Un coup sang passé presque inaperçu alors qu’il constitue une première. Principale cible du haut-commissaire aux droits de l’homme, Geert Wilders. Visiblement piqué au vif par ses propos à l’emporte-pièce et ses diatribes racistes, Zeid Ra’ad Al Hussein n’a pas hésité à fustiger le «manifeste grotesque» du populiste néerlandais.

«Je suis un musulman à la peau blanche, dont la mère est Européenne et le père Arabe. Et je suis en colère. A cause des mensonges, des demi-vérités, des manipulations et du commerce de la peur de Monsieur Wilders», a déclaré le Jordanien qui s’est visiblement senti personnellement touché par les attaques récentes du leader politique néerlandais.

Sur sa lancée, le haut-commissaire aux droits de l’homme s’en est également pris à ses «acolytes», «démagogues» et «fantaisistes». «Ce que Monsieur Wilders a de commun avec Messieurs Trump, Orban, Zeman, Hofer, Fico, Farage et Madame Le Pen, il le partage aussi avec Daech. Tous cherchent, à des degrés divers, à retrouver un passé idyllique et pur (…). Un passé qui n’a, en réalité, sans doute jamais existé, nulle part dans le monde. Comme chacun le sait, l’histoire européenne a été, pendant des siècles, tout sauf cela.»

La violence de la mise au point de Zeid Ra’ad Al Hussein est révélatrice de l’exaspération qui gagne les hauts cadres onusiens devant l’impuissance des Etats et de leurs responsables politiques à répondre aux urgences du monde.

La virulente critique du haut-commissaire aux droits de l‘homme a été assortie d’un appel à la mobilisation. «Nous ne nous laisserons pas intimider par les tyrans ou duper par les imposteurs, pas encore une fois, c’est fini. Parce que nous allons, et non pas vous les imposteurs, décider de notre sort collectif. Et parce que nous allons, et non pas vous les imposteurs, écrire et forger le siècle à venir.»

Créé: 11.09.2016, 18h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.