Passer au contenu principal

Transport ferroviaireLa grève sème le chaos dans la banlieue de Londres

Un mouvement social prévu qui doit se prolonger jusqu'à Nouvel An va perturber fortement le transport de centaines de milliers de personnes.

Le mouvement de grève se prolongera jusqu'au Nouvel an et sera uniquement suspendu pour les élections législatives du 12 décembre, Noël et le 26 décembre.
Le mouvement de grève se prolongera jusqu'au Nouvel an et sera uniquement suspendu pour les élections législatives du 12 décembre, Noël et le 26 décembre.
archive/photo d'illustration, Keystone

Les déplacements de centaines de milliers de personnes étaient perturbés lundi au premier jour d'une longue grève d'un mois prévue sur les lignes de la compagnie South Western, parmi les plus utilisées de la banlieue de Londres.

Les membres du syndicat Rail, Maritime and Transport (RMT) ont entamé lundi leur mouvement social qui doit durer 27 jours, soit l'un des plus longs de l'histoire du transport ferroviaire britannique.

Le mouvement se prolongera jusqu'au Nouvel an et sera uniquement suspendu pour les élections législatives du 12 décembre, Noël et le 26 décembre.

Seule la moitié du service était assurée sur ces lignes, dont celles qui arrivent et partent de la gare londonienne de Waterloo, la plus fréquentée du Royaume-Uni.

Les lignes de la South Western, utilisées par quelque 600'000 personnes par jour, desservent depuis Londres une partie de sa banlieue et des villes du sud-ouest de l'Angleterre comme Bristol ou Portsmouth.

Responsabilité de la fermeture des portes en cause

Cette grève se tient après l'échec de discussions, le RMT et la direction s'accusant l'un l'autre d'avoir refusé de trouver un compromis.

Le différend porte sur le projet de South Western de confier la responsabilité de fermer les portes de wagons aux conducteurs, une tâche qui est pour l'instant assurée par un autre employé, le «garde».

Le syndicat affirme que cela réduit le rôle du garde à celui d'un «passager amélioré» et menace leur fonction de disparition tout en nuisant à la sécurité du train.

Un site pour les billets

La compagnie, de son côté, dit avoir «tout fait» pour répondre aux demandes «obsolètes du RMT avec notre promesse d'un garde par train, et un rôle crucial dans la sécurité pour lui», mais ne peut pas «compromettre la nécessaire modernisation du service».

Ce mouvement social intervient alors que l'amélioration du transport ferroviaire, dont les dysfonctionnements et le coût sont régulièrement dénoncés dans le pays, est l'un des grands thèmes de la campagne avant les législatives du 12 décembre.

Le parti travailliste, qui veut nationaliser le réseau, a en outre promis une réduction de 33% des tarifs des billets, qui seraient gratuits pour les jeunes de moins de 16 ans, ainsi que la création d'un site internet unique pour acheter des billets sans commissions.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.