La grève ferroviaire allemande prendra fin samedi

AllemagneL'impact de ce débrayage s'est fait sentir jusqu'en Suisse. Les trains de nuit vers Hambourg, Berlin et DresdePrague ont été supprimés dès mercredi soir.

La fin anticipée du mouvement a été présentée comme un «geste d'apaisement» par le chef de GDL.

La fin anticipée du mouvement a été présentée comme un «geste d'apaisement» par le chef de GDL. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La grève des conducteurs de train allemands entamée mercredi s'achèvera samedi à 18h00, et non lundi matin comme prévu initialement, a annoncé le syndicat GDL. Le débrayage risquait de perturber dimanche les célébrations des 25 ans de la chute du Mur de Berlin.

La fin anticipée du mouvement a été présentée comme un «geste d'apaisement» par le chef de GDL, Claus Weselsky. Il s'est exprimé à Francfort juste après une décision de justice confirmant en appel la légalité de la grève. Le syndicat avait auparavant rejeté un compromis présenté par la compagnie ferroviaire Deutsche Bahn (DB).

La grève coïncidait ce week-end avec le 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin. Deux millions de visiteurs sont attendus pour l'occasion dans la capitale allemande.

Action utile

«C'est un bon signal pour nos clients et nos salariés», s'est réjoui le porte-parole de DB, Ulrich Weber. Il a estimé que l'action en justice entreprise par la compagnie s'est finalement avérée utile, même si elle n'a pas débouché sur une interdiction du débrayage.

Cette sixième grève du rail depuis début septembre, de loin la plus dure, a commencé mercredi dans le fret et jeudi pour le trafic passagers. Vendredi, un tiers du trafic était assuré sur les grandes lignes et les liaisons régionales, a signalé Deutsche Bahn.

Annulations en Suisse

L'impact de ce débrayage se fait sentir jusqu'en Suisse. Ainsi, les trains de nuit vers Hambourg, Berlin et DresdePrague ont été supprimés dès mercredi soir. Les trains ZurichStuttgart circulent jusqu«à Schaffhouse uniquement et ceux pour Munich s«arrêtent à Bregenz (A), ont communiqué les CFF.

Depuis Bâle, la circulation est assurée dans la mesure des possibilités. Toutefois, il faut s«attendre à des annulations et à des retards. La place risque de manquer à bord des trains, précisent les CFF.

En revanche, tous les trains de SBB GmbH Deutschland circulent selon l«horaire. La ligne RER du Wiesentalbahn (S6) de Bâle à Zell im Wiesental via Lörrach et le Gartenbahn (S5) de Weil am Rhein à Steinen ne sont pas concernés par la grève, de même que les trains de Constance à Engen (Seehas) via Singen et de Schaffhouse à Erzingen.

Hausse de salaire

En fin de journée, ni le syndicat allemand, ni la direction de DB n'avaient évoqué une éventuelle reprise des négociations. Au coeur du litige, une revendication de hausse de salaire et de réduction du temps de travail.

Autre pierre d'achoppement: la représentativité du syndicat. Celui-ci veut négocier avec Deutsche Bahn au nom d'autres catégories du personnel que les seuls conducteurs. La compagnie s'y refuse.

«Sens des responsabilités»

La chancelière allemande Angela Merkel en avait appelé mercredi au «sens des responsabilités» des cheminots afin de «trouver une solution qui cause le moins de dommages possible au pays».

Selon un sondage publié jeudi, 51% des Allemands affirment ne pas comprendre la grève des conducteurs de train, contre 46% d'avis contraire. Si elle s'était poursuivie jusqu'à son terme annoncé, c'est-à-dire lundi matin, elle aurait été la plus longue depuis vingt ans pour les chemins de fer allemands.

Préjudice financier

Elle a suscité l'inquiétude des milieux économiques. L'institut de recherche IW de Cologne a évoqué un préjudice financier potentiel important pour l'industrie, du fait des perturbations à rallonges dans le fret.

En revanche, loueurs de voitures ou opérateurs d'autocars longue distance se frottaient les mains. La société d'autocars «MeinFernbus» a prévu 500 liaisons supplémentaires ce week-end, et affiche quatre fois plus de réservations qu'en temps normal, selon un communiqué.

Sévères critiques

Environ 5,5 millions d'Allemands prennent le train chaque jour. Par ailleurs, un cinquième du transport de marchandises se fait par le rail dans ce pays.

Le petit syndicat GDL compte 19'000 adhérents sur les 196'000 salariés de Deutsche Bahn en Allemagne. Depuis le début du conflit, GDL et son président Claus Weselsky ont été sévèrement critiqués par les politiques et dans les médias allemands. (ats/nxp)

Créé: 07.11.2014, 18h30

Articles en relation

La Suisse touchée par la grève des trains qui se poursuit

Allemagne Le tribunal du travail de Francfort (ouest) a jugé légale la grève sans précédent des conducteurs de trains allemands, autorisant ceux-ci à poursuivre leur mouvement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...