Le gouvernement libyen d’union dévoilé

Crise politiqueLa nouvelle autorité aura pour mission, si elle est validée, de rétablir la paix dans le pays.

Le premier ministre libyen Serraj lors d'une conférence de presse en compagnie de représentants de l'Union européenne.

Le premier ministre libyen Serraj lors d'une conférence de presse en compagnie de représentants de l'Union européenne. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est depuis un hôtel de la banlieue de Tunis, et avec deux jours de retard, que le gouvernement d’union nationale libyen a finalement été annoncé ce mardi. Né de l’accord mené sous l’égide de l’ONU et signé au Maroc le 17 décembre, ce gouvernement compte 32 ministres et fait déjà l’objet de critiques. S’il est validé, il aura la lourde tâche de mettre fin à la crise politique et militaire qui a divisé le pays depuis l’été 2014.

Le gouvernement d’union nationale devait, à l’origine, être annoncé samedi soir par les neuf membres du Conseil présidentiel, nommés en octobre. Après 48 heures de retard, seuls sept membres ont finalement signé la composition de cette nouvelle autorité. Les deux membres du Conseil qui s’opposent à ce gouvernement, Ali Gatrani et Omar Al-Sawad, sont réputés proches du général Khalifa Haftar, chef de la branche armée du parlement de Tobrouk (extrême est). Originaires de deux zones importantes – respectivement la Cyrénaïque (région est) et la ville de Zintan (à l’ouest) – ils protestent contre le fait que la position future de Khalifa Haftar ne soit pas clairement indiquée. D’autant que le ministre de la Défense proposé, Mahdi Al-Barghathi, entretient des relations compliquées avec le général.

«Lundi, on parlait d’un gouvernement de crise, avec seulement dix membres. Ce mardi, on se retrouve avec 32 ministres. Si on ajoute les vice-ministres, on va se retrouver avec une centaine de personnes, indique un observateur international. Serraj (ndlr: le premier ministre désigné le 8 octobre) a tenté de construire un consensus en contentant tout le monde.»

Ce n’est pas gagné pour autant. Sur les réseaux sociaux, les Libyens notent déjà ce trop large cabinet, avec notamment un ministre des Affaires étrangères, un ministre de la Coopération internationale et un ministre pour les affaires arabes et africaines. Enfin, ce gouvernement ne compte que deux femmes, dont Asma Al-Usta au Ministère de la culture, alors que l’ONU espérait une présence à hauteur de 30%. Ce bémol n’a pas empêché le chef de l’Unsmil (la mission de l’ONU en Libye), Martin Kobler, de féliciter le peuple libyen pour la formation de ce gouvernement.

Le chemin est pourtant encore long. En effet, selon l’accord signé en décembre par des personnalités libyennes sous l’égide de l’ONU, ce gouvernement doit être accepté par un vote du parlement de Tobrouk d’ici au 29 janvier. Or, ce parlement – comme l’assemblée rivale de Tripoli – n’a toujours pas accepté officiellement cet accord. Mohamed Shoaib, porte-parole du parlement de Tobrouk, est confiant: «94 députés l’ont accepté. Nous essayons de convaincre les récalcitrants. Mais de toute façon, démocratiquement parlant, la majorité d’entre nous est favorable à ce texte.» (TDG)

Créé: 19.01.2016, 20h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les HUG enseignent désormais l'hypnose
Plus...